Accueil / Best of / Voyager seule fait-il de vous une femme solitaire ?
Voyager seule fait-il de vous une femme solitaire ?
Voyager seule

Voyager seule fait-il de vous une femme solitaire ?

Pourquoi vouloir voyager seule ?

De plus en plus de femmes ont cette envie de voyager seule. Et c’est pas une maladie messieurs !

Y a qu’à voir le nombre de blogs de voyageuses qui se multiplient comme des champignons de Tchernobyl…

Des nanas qui voyagent seule j’en ai rencontré beaucoup lors des mes escapades en solo.

Espagnoles, Allemandes (beaucoup), Italiennes, Autrichiennes… Françaises très peu, du moins pas là où je vais…

Toutes avaient un point en commun : l’appel du large.

Si vous lisez ceci et que vous voulez voyager seule ou que vous avez déjà l’habitude de voyager seule, vous serez sûrement d’accord avec moi que l’envie d’ailleurs, le besoin de découverte et de vous ouvrir à autre chose a été l’une des raisons pour laquelle vous voulez ou avez opté pour ce mode de vie.

Voyager seule ne signifie pas toujours que vous serez solitaire

  • Vous voulez donc « aller vers » ?
  • Ou peut-être voulez-vous « fuir » quelque chose ?

En discutant avec une Espagnole et une Allemande qui voulaient s’expatriées à Lisbonne pour changer de vie on a abordé leur mode de vie, elles m’avouaient l’une après l’autre en se confirmant entre elles qu’elles étaient pleines de contradictions (femmes, contradictions… ça me démange ! Bon, je ne dirai rien autrement c’est le bûcher ! Excepté peut-être : pléonasme ?) Ca va calmez humour !

Plus sérieusement, je reviens à la conversation que j’avais avec elles.

L’envie de voyager seule… mais en couple !

voyager seule, partir seule, voyage en solo, voyager seule quand on est une femme, voyager solo femme, voyager seule fille, voyager seule à l'étranger

voyager seule

Elles m’avouaient leurs attentes vis-à-vis de ce mode de vie, c’est à dire rencontrer celui qui espérerait un projet d’avenir avec elles tout en les suivant dans leur envie de voyager seule, mais en couple, vous me suivez ?

Donc je leur ai demandé « et si vous rencontrez quelqu’un ici ou ailleurs ? What’s next ? »

C’était un peu la confusion.

Donc je leur ai demandé pour quoi ce besoin éternel de voyager seule ?

Car elles ont beau se nourrir de vie nomade, il y a tout de même des petits coups de blues.

La vie au présent consiste à faire de l’absence de quelqu’un ou quelque chose, une banalité.

Faisant grossir la liste de contact Facebook à chaque départ, d’une nouvelle amitié, d’une histoire qui n’a pas pu commencer, ou d’une promesse de texting qui durera ce que ça durera.

Donc il y avait de l’hésitation dans leur propos entre vivre une vie un peu plus banale ou butiner le pollen des cinq continents.

Fuir la routine ou découvrir de nouvelles choses ?

voyager seule, partir seule, voyage en solo, voyager seule quand on est une femme, voyager solo femme, voyager seule fille, voyager seule à l'étranger

voyager seule

Une autre fois, une m’a confié qu’elle ne savait plus si la fuite de quelque chose n’avait pas empiété sur l’envie de découvrir de nouvelles choses.

Pour elle, elle fuyait la routine, et partait avant que les habitudes ne l’immobilisent.

Peut-être fuyait-elle l’attachement, car elle avait pour philosophie que « rien ne dure dans la vie » et que attachement = souffrance.

La vie sentimentale d’une voyageuse en solo

Fuyez-vous donc quelque chose ou êtes-vous simplement droguée à la nouveauté et à l’émerveillement ?

Je les admire de s’équilibrer dans cette instabilité.

Car apprendre à dissimuler leurs serrements de coeur à chaque au revoir qui riment plutôt avec adieux, moi je n’y arrive pas !

Et je peux d’ailleurs comprendre certains mecs qui ont un mode de vie différent du leur, et qui affirment que CERTAINES D’ENTRE ELLES sont dans une instabilité affective.

Moi même j’en ai rencontré, ça m’ait arrivé de me casser une chico, mais de là à leur en faire un reproche, c’est la vie ! Et c’est un style de vie à part entière, l’important c’est qu’elle soit heureuse dans ce qu’elles font. Les voyages forment la jeunesse non ?

C’est un peu comme une fille à sa maman, tu te maques la fille, mais aussi la famille, et bien là c’est pareil, t’acceptes la nana et son style de vie en même temps.

Voyager seule dans quel but ?

voyager seule, partir seule, voyage en solo, voyager seule quand on est une femme, voyager solo femme, voyager seule fille, voyager seule à l'étranger

voyager seule

À côté de ça, certains parviennent très bien à partager cette envie de « voyager seule, mais en couple », et tant mieux pour eux.

Est-ce que pour vous voyager seule, c’est comme pour elles ? C’est choisir de quitter des repères parfois rassurants, de se déconnecter d’une fréquence familière pour se brancher sur une station inconnue et s’ajuster avec ses propres antennes ?

Donc avant de vouloir partir voyager seule, clarifiez vos réelles motivations à justement voyager seule.

Fuir un environnement familial ou professionnel pesant ?

Partir à la conquête de soi ou apprendre de nouvelles choses ?

Car si vous vous racontez des salades et que vous partez seule quelque part avec des problèmes et que vous ne les avez pas réglés, vous les emmènerez toujours avec vous dans vos valises.

Le voyage seule pour fille paumée ?

Car des femmes qui voyagent seules parties pour de mauvaises raisons, sont certes revenues plus épanouies, comme si elles s’étaient un peu plus trouvées et sont moins tourmentées qu’avant.

Mais ne reconnaîtraient-elles pas que, ok vivre loin et sans cesse voyager apporte beaucoup, c’est finalement aussi très dur !?

Car il aurait peut-être été plus simple de trouver le bonheur et la sérénité avant de partir à l’aventure ?

« Après chacun sa route, chacun son chemin » tonton !

Mais quand on n’est pas heureux là où l’on vit, c’est très difficile de l’être ailleurs.

On croit trouver une solution, un raccourci vers le bonheur en voyageant, en quittant ses problèmes, mais on ne résout rien… On ne fait que déplacer le moment où l’on doit simplement se confronter à soi-même et apprendre à s’aimer

Accro au voyage en solo

Quand on connaît les émotions que le voyage apporte, il est difficile de s’en passer et difficile à retrouver autrement.

Surtout quand on retourne dans la banalité et la routine du quotidien.

Au final on est accro aux émotions et à l’expérience du voyage qu’on redemande encore et encore.

Je crois qu’il y a un juste équilibre à atteindre et c’est un plus de pouvoir concilier le tout et être heureux.

Heureux à l’étranger sur la route pour ce que ça nous apporte, et heureux dans sa petite routine pour les autres avantages.

Personnellement j’ai voyagé seul deux fois avant de vraiment voyager seul pour découvrir le monde, la première pour fuir et je me sentais seul même en groupe, et la deuxième pour clarifier ma mission de vie en quelque sorte.

La deuxième fois ainsi que les fois suivantes ont été bien meilleures que le premier voyage en solo où j’étais pas bien dans mes baskets.

Donc tout ça pour dire qu’avant de vouloir voyager seul (et j’ai marqué SEUL et pas SEULE, car je conclue en parlante pour tout le monde, ceci est pour vous les mauvais « interprétationistes ») contentez-vous d’abord de voyager en vous sur place pour le moment, car comme disait Gandhi: « Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même. »

À bon entendeur(se?) !

Et toi ? Quelle a été la première raison à voyager seule ?

REJOINS LA COMMUNAUTÉ ET REÇOIS TON CADEAU DE BIENVENUE

  • Lydia

    Hello Jordane! Et bien moi, je n’ai pas eu l’occasion de voyager seule, et maintenant que j’ai un mari et un bébé, je crois bien que c’est fichu! lol
    Je rebondis par contre sur quelques points de ton (très bon) article… que l’on soit seul ou non, je pense qu’il y a toujours une part de fuite dans le voyage, non? La fuite est vue comme une chose négative, alors qu’elle ne l’est pas toujours! Par exemple, s’il y a le feu à mon immeuble, et que je prends la fuite pour échapper aux flammes, c’est plutôt bien, non? hihi… Fuir une réalité chiante, ou trop pesante, ça peut être bénéfique lorsque l’on n’arrive plus à gérer, qu’on a trop « la tête dans le guidon »… Bref, quelque soit le mode de voyage que l’on choisit, j’imagine que le plus important est de ne pas se mentir à soi même… aux autres, bon, on s’en fout, mais être honnête avec soi. Sinon, on reviendra en effet avec le même paquet de merde qu’on avait au départ!

    • Hello Lydia,
      Merci de ton commentaire, ça me fait plaisir de voir que tu l’as interprété de la façon dont je l’ai rédigé. On est d’accord !
      Fuir peut-être aussi bénéfique et ça m’a servi aussi pour prendre du recul sur sa situation comme tu le dis.
      C’est une réflexion qui tient tout de même d’une réalité. Mais j’ai l’impression qu’il faut pas aborder les sujets qui fâche, car il y en a deux trois à que cet article défrise….
      Pourtant je connais des blogueuses voyages qui confirmerait tes dires et les miens…
      Ha les interprétations de chacun… on s’ennuierait sans elles il n’y aurait pas de guerre.

      • Véronique

        Bonjour Jordane,
        Je me suis régalée (comme d’habitude) à te lire, même si j’ai commencé le cycle à l’envers de l’article sur « les mauvaises interprétations dans la religion du blogging » vers celui-ci.
        Le genre de réflexion non argumentées que tu as eu, on les retrouve à longueur de journée sur les réseaux sociaux : rapidité, immédiateté, reflexes sont testés avec une application qui dépasse tout. Du coup, tout ce qui demande du temps, un peu de remise en cause, d’opposition positive, passe à la trappe. « C’est le jeu ma pôv’ Lucette ! ».
        J’ai beaucoup aimé ta façon argumentée (ouf, ça fait un bien fou..) d’y répondre. Voilà pour ma lecture de départ..
        Pour ce billet-ci, je dirais que oui, on peut choisir de voyager seul(e) pour être heureuse(x). Un choix très pesé, pensé, avec un but qui n’appartient qu’à soi (sans égoïsme aucun, mais avec un peu quand même)..
        Pour encore apprendre de nos différences, apprendre des rencontres. Pour soi mais aussi pour les autres, pour encore mieux comprendre et, au final, re-donner. On s’enrichit au contact des autres, on se fortifie au contact de ceux que l’on aime et qui nous aime et cette confiance qu’ils nous donnent est un magnifique tremplin..
        Je voyage-boomerang en quelques sortes !

        • Hello Veronique,
          Merci de ton commentaire et de ton compliment ça me va droit au coeur.
          Je crois que tu as tout à fait raison sur le jeu du blogging, et il va falloir faire de plus en plus attention à la rapidité.
          C’est à dire lire rapidement, penser rapidement et commenter rapidement qui pousse la réflexion dans la précipitation.
          Je te l’accorde, faut faire avec on est Français on est toujours dans la joute verbale…
          Je suis convaincu des mêmes bienfaits du voyage quand on part dans une certaine optique…
          Qu’est-ce qui t’as donné envie de partir la première fois ?

  • Emilyz

    Waouh, quel article avec plein de trucs dans tous les sens, y’a comme des contradictions là-dedans!
    Et bien moi, ma première raison de voyager seule, c’est que je voulais aller quelque part et que mes potes n’étaient pas dispos, voilà c’est tout simple. Et comme quand j’ai envie de faire un truc, j’attends pas que les autres veuillent aussi le faire ou soient dispos, j’y vais c’est tout. Et oui, voyager seule, on devient accro, car c’est tout simplement la liberté. Et comme tu dis, c’est un mode de vie, et ça ne m’empêche pas de voyager avec d’autres s’ils ont envie et sont dispos. Bref, toujours besoin de découvertes. Après c’est sûr que y’a un aspect fuite un peu aussi, genre on fuit la routine, les cons qui se permettent de juger, la famille, le froid, et encore en France on a de la chance de ne pas avoir à fuir la guerre, la religion ou le système politique (quoique). Donc « quand on n’est pas heureux là où on vit, c’est difficile de l’ête ailleurs » est une affirmation totalement fausse. Genre moi, en hiver en France je ne suis pas heureuse car le gris me déprime, je vais dans les Caraibes, et ça va tout de suite mieux. Et je ne te parle pas des Cubains qui doivent fuir le communisme pour pouvoir vivre libre; et bien sûr plein d’autres pays ou les gens sont persécutés ou pauvres. Donc oui, on peut fuir pour être plus heureux!

    • Haaa je savais que t’allais répondre, ça me fait plaisir, car je te considère l’une des seules vraies baroudeuses de la blogosphère avec d’autres.

      « quand on n’est pas heureux là où on vit, c’est difficile de l’ête ailleurs » dans l’exemple que tu me donnes, c’est vrai !
      Mais quand les gens à se fuir eux-mêmes ou de comportements, ça ne change rien, c’est dans ce sens là que j’ai dit cela.
      Fuir la guerre ou tout ça forcément la phrase n’a plus lieu d’être, mais ce n’est pas notre cas et heureusement.
      Anyway, ça me rassure que t’es tout de même bien interprété cet article.
      Et je savais que t’allais répondre objectivement, ça me change des deux morues qui m’ont envoyé des commentaires aussi argumentés que Steevie chez Ruquier ça donne jamais rien quand c’est l’égo qui parle.

  • Rim

    Salut Jordane,
    Cet article m’interesse tout particulierement car je me retrouve dedans sur certains plans. Pas tellement sur la partie « voyager pour de mauvaises raisons » parce que personnellement je ne pense pas que le voyage puisse faire de mal à qui que ce soit. C’est vrai que tu retrouveras toujours tes problemes en rentrant, mais entre temps tu auras appris et connu beaucoup de choses sur toi meme, la vie et les autres, qui t’aideront peut-etre à regler tes soucis. Je ne suis pas sure, je ne l’ai pas vécu concretement mais c’est mon interpretation sur la question.
    La partie de l’article qui m’a le plus parlé est celle sur l’état d’esprit des filles qui voyagent seules. Je prépare actuellement un road trip et je vis hors de France depuis 3 ans. Je suis en plein dans cette confusion que tu décris, le « voyager seule mais en couple ». Meme si à y reflechir voyager vraiment seule me tente un peu plus 😉

    Tu dis qu’il faut penser à ses raisons avant de partir voyager, déterminer pourquoi on voyage : je ne suis pas tout à fait d’accord. Dans mon cas, et je pense dans beaucoup d’autres, le voyage est une evidence. Certes, il y a des raisons concretes qui me poussent à le faire : découvrir d’autres cultures, d’autres personnes, me perdre (je ne sais pas pourquoi mais j’adore etre completement perdue et devoir retrouver mes marques. C’est à ça que je fonctionne, sinon je m’ennuie !). Mais il n’y a pas QUE des raisons concretes qui me poussent à voyager. C’est simplement quelques chose que je sens à l’interieur de moi, j’y pense absolument TOUS les jours, et je passe mon temps à reflechir à comment le realiser. Pas de raison concrete, c’est juste comme ça.

    Et oui, je suis d’accord avec toi. Voyager toute seule, c’est dur. Mais je ne le vois pas forcement comme une mauvaise chose. La difficulté et la nouveauté, c’est ce qui rend ma vie plus interessante à mes yeux.
    En tout cas merci pour ton article, il m’a permis de mettre des mots sur beaucoup de choses que j’avais du mal à exprimer (et pardon pour le commentaire interminable ;).

    • Salut Rim,

      Mais je t’en prie, j’aime toujours autant lire les commentaires, mon avis n’est pas figé et ma réflexion m’est propre, et j’aime voir que des gens ne sont pas d’accord avec moi.
      C’est aussi pour cela que j’ai écrit cet article d’une traite en me focalisant sur mon avis, objectif ou non.
      Je conçois qu’il n’y a des raisons concrètes et d’autres moins, c’est notre raison d’exister et effectivement si l’on ne se focalisait que le concret il n’y aurait pas d’initiatives dans la vie.
      Et comme tu dis c’est ça qui rend la vie plus intéressante.
      C’est un voyage « tour du monde » ?

  • san

    Salut Jordane, je crois que la 1ere fois c’était tout simplement le besoin de m’évader, de changer d’air…Du coup je suis partie à Sete toute seule et j ai profité du pont de mai…Puis ensuite jme suis défié d aller dans un pays étranger, et de me débrouiller…malgrè que je sois nulle en langues…Puis un trip de partir avec une vieille voiture sur 15 j en espagne sans savoir si j allais rentrer avec ou sans…Je pense que c’est le gout de l’aventure, qui m’anime quand je pars… J’aime ca et je fuis la routine, meme en voyage, je reste pas longtemps dans la meme ville et j ai toujours envie d aller voir plus loin…Puis aujourd’hui je suis là mais je ne sais pas ou je serais demain, j’voudrais pas m’réveiller un jour avec des regrets, donc je profite, seule, je me fais plaisir…Pourquoi avoir besoin de quelqu un pour apprécier un voyage ? Tu te retrouve, tu te ressource, t es content de partir, tu rentres, t es content de reprendre le taf parce que tu aime aussi ce que tu fais…Et si j’attends de trouver quelqu’un pour partir je ne partirais pas souvent…Entre les amis pas disponibles, et l’amour difficile dans ce monde…J’préfère passer mes vac, rtt, et autres en voyage plutot que de me faire ch** dans mon appart…

    • Salut San,

      C’est aussi une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de partir seul en voyage.
      Profites en, vis selon tes envies, il n’y a pas de raisons que tu aies des regrets si tu suis tes envies.

      Enjoy