Accueil / Best of / Rester cool et s’amuser
Rester cool et s’amuser
Rester cool et s'amuser

Rester cool et s’amuser

Rester cool et s'amuser

Rester cool et s’amuser

Mon week-end musical passé en festival m’a appris la VRAIE définition du mot  » s’amuser « . Je m’en remets toujours pas, un week-end de pure éclate et de rigolade. Le retour dans la bonne humeur parisienne m’a rendu aussi vivant qu’un légume. Et en y réfléchissant bien, on ne s’amuse pas autant que ça à Paris. Trop de restrictions, de législations, d’interdictions, de bobo-isation, de prix en augmentation, d’ambiance en décomposition, de c… Encore Vendredi dernier j’ai subi avec une amie dans un bar peu fréquenté, 5 interdictions en 40 min  (champion du monde !!!), interdiction de sortir avec les verres, de s’asseoir sur les tabourets, de rester en terrasse, de rester accouder contre le mur et de poser son verre ici et là… En réalité, mes meilleurs souvenirs festifs sont ailleurs. Ce qui m’amène à me demander :

Combien de fois, de manière générale, s’amuse-t-on vraiment dans l’année ?

Et quand je parle de s’amuser, je ne fais pas allusion à la notion de plaisir, je parle de s’éclater, de se marrer comme des ânes, de se divertir sans artifices, trucs illicites et alcool. Bref de s’amuser comme des enfants.

Rester cool et s’amuser

En revenant du festival, mes collègues m’ont sorti :

– « Oh, mais t’as bonne mine ! »

– « Merci, « juva bien, juvamine » ! »

Le secret de ma mine rayonnante ? 10h/jour d’amusement passé dans le week-end, 4 bonnes heures cumulées de rigolade (Pour info, on rit moins de 15 min/jour), un sourire d’imbécile permanent et mes seules préoccupations étaient « Quels groupes je vais voir aujourd’hui ? » On pouvait sentir la bonne humeur sur ma tronche de métèque. Et de ce constat m’est venue la question suivante :

– Comment se fait-il que nous prenions la vie trop au sérieux ?

La vie est une fête ! On met trop l’accent sur la réussite et le succès au travail. Comme me l’a un jour dit une DRH d’un grand groupe : « Jordane, le travail n’est que du travail, rien d’autre. » Résultat, on a l’esprit pollué par des soucis inutiles, le stress et la peur. Nos vies sont déséquilibrées.

Je vois le monde comme un terrain de jeux, et depuis je relativise plus, j’ai moins de stress, mes relations (avec moi-même) se sont améliorées, et au travail, j’ai ironiquement plus de résultats positifs.

L’amusement est une attitude, et non un trait de caractère. C’est une option et une décision. Si la vie est devenue une routine pour vous, et si vos journées sont mornes, sans rires, ni joies, c’est l’indicateur qu’il est temps d‘améliorer votre joie de vivre. Il n’est jamais trop tard pour changer.

Rester cool et s'amuser

Rester cool et s’amuser

Vous avez remarqué que certain(e)s passent plus de temps à regarder les autres s’amuser à leur place qu’ils ne s’amusent eux/elles-mêmes ? Comme s’ils s’interdisaient de s’amuser ou qu’ils n’osaient pas, en se trouvant des excuses « C’est plus de mon âge ! » Pourtant, la nature n’a jamais décrété un matin, « Tu ne t’amuseras plus passé un certain âge.« 

Le regard des autres y serait pour quelque chose ? Peur de faire pitié, d’être ridicule, d‘avoir honte ? Les enfants, eux, ne ressentent pas ces sentiments.

Parfois je me demande si pour certains, ça n’est pas mal vu de s’amuser. Ça n’est pas exagéré, de dire ça, c’est être pragmatique. S’amuser, mais pas trop ou consommer pour s’amuser. On virerait presque vers un amusement politiquement correct (plutôt manger de la terre). J’ai découvert au Québec le Michou québécois. Il organise de géniales soirées à thèmes où l’ennui et les rabat-joie sont interdits. Le principe : s’y amuser comme des enfants. Et ça cartonne ! Soirée polochon, soirée pistolet à peinture, soirée piscine à boules en pyjama, etc. Bref, ils savent s’amuser et ont le sens de la fête, les cousins.

Amusement, s'amuser, développement personnel, coaching, bonne humeur, comment être de bonne humeur, vivre sa vie, être heureux, être joyeux, changer de vie, voir la vie autrement, être positif, l'homme est un être social,

Rester cool et s’amuser

Alors OK, on pourrait parler d’adaptation sociale, ou de ne plus rire des mêmes choses que quand on était enfant. Certes ! Mais à force de prendre la vie au sérieux, on en oublie comment s’amuser, piégé dans nos propres rôles. A quoi bon toujours être sérieux ? On se fait (pardonnez-moi l’expression) suffisamment chier dans la vie de tous les jours, pour l’être encore chez soi.

Un jour, on m’a demandé dans une conversation banale :

« Mais ça t’arrive parfois d’être sérieux ? »

« Mais pour quoi faire ? Je le suis déjà suffisamment au taf ! »

Pareil pour ce blog qui est spécialisé dans le développement personnel, et dont le sujet est la bonne humeur. Pourquoi prendre un air sérieux (surtout vu mon thème) comme certains sites de développement personnel le font en prenant un air de messe de Noël ? Alors que l’épanouissement, c’est le bonheur, le renouveau, la joie de vivre, pump it up, quoi ! On me dit dans l’oreillette qu’on ne me prend pas au sérieux ? A ceux qui penseraient ainsi : ce sont mes idées et réflexions qui importent, et non pas mon style d’écriture !

Amusement, s'amuser, développement personnel, coaching, bonne humeur, comment être de bonne humeur, vivre sa vie, être heureux, être joyeux, changer de vie, voir la vie autrement, être positif, l'homme est un être social,

Rester cool et s’amuser

Résoudre ses problèmes par l’amusement

Jadis je me disais en voyant la grise mine de certain(e)s de mes collègues : « Ils doivent manquer d’eau dans leur cafetière« , mais en fait ils ont peut-être juste besoin de vraiment s’amuser.

Alors oui ! Bien sûr ! Chacun a des problèmes, blablabla, mais ça n’est pas en restant collé dessus que tout va s’améliorer.

Evidemment, tout le monde a des problèmes, et l’ennui, c’est qu’on reste collé dessus comme un moucheron sur un pare-brise, sans que les choses ne s’améliorent. Faut parfois savoir lâcher prise, relativiser, s’aérer et s’amuser.

Certains vont se focaliser sur un problème à résoudre, sans lâcher le morceau, jusqu’à ce qu’il soit résolu. Et si ça leur prend tu temps, ils vont se priver de s’amuser pendant un long moment pour se donner bonne conscience.

Eh bien je pense que c’est une fausse solution, car baigner dans ses problèmes empêche d’avoir le recul nécessaire pour les résoudre.

Restez cool, amusez-vous !

Rester cool et s’amuser

Dans mon métier, quand un problème (technique ou humain) me prend le chou, je pars 15 minutes faire autre chose, comme trouver un collègue pour rigoler et me changer les idées. Dernièrement j’allais faire de la Xbox à l’espace café d’un client. Quand on rencontre un problème, il faut savoir s’aérer en faisant une autre activité. Et autant que c’en soit une qui nous amuse. Alors oui, parfois on n’a pas le cœur à s’amuser, mais quand vous étiez môme, vous aviez aussi vos problèmes d’enfants, et quand vous en aviez marre de quelque chose, vous passiez à autre chose, en cherchant à vous amuser.

Vous me direz encore « Oui, mais le problème n’aura pas disparu pour autant. » Evidemment, mais une fois qu’un enfant a fini de s’amuser, il sera un peu plus joyeux qu’au début, et sera dans un autre état d’esprit pour s’attaquer à ses problèmes, et cela d’une manière différente et d’une façon beaucoup plus légère que s’il s’était fixé dessus.

Quand on est parent, avoir des enfants nous remémore ces choses simples de quand on était gosse. L’insouciance, la curiosité, toujours à s’émerveiller de tout, à pleurer et à rire dans la minute suivante. Leur présence est un rappel à l’ordre. C’est aussi pour ça qu’ils nous apportent du bonheur. (Pour ceux qui ne martyrisent pas leurs parents, bien sûr !)

« Il faut entretenir sa jeunesse » m’a dit un petit papy lors du festival. Alors au lieu de toujours jouer à l’adulte sérieux, privilégiez plutôt l’enfant qui est en vous.

Cordialement ! « lol »

REJOINS LA COMMUNAUTÉ ET REÇOIS TON CADEAU DE BIENVENUE

  • Mary Faou

    Super article qui en dit long sur la façon dont on fonctionne, mais j’ajouterais une chose cependant. Selon l’endroit où on se trouve il est plus facile de lâcher la bride. Par exemple, sur Paris, je suis quasiment constamment stressée ou angoissée ou alors j’ai toujours un petit souci en tête ; alors que dès que je vais un peu à Nantes, tout ça tend à un peu disparaître, alors pas totalement évidemment, mais un peu. Tout ça pour dire que certains endroits sont beaucoup plus anxiogènes que d’autres !

    • monbonpote

      Salut M-F 😉

      L’endroit c’est l’élément déclencheur, car même si on est accompagné de rabat joie, on reste sensible à son environnement, et c’est pour cette raison que je dis en début d’article que mes meilleurs souvenirs sont ailleurs ! J’ai appris l’amusement à Lyon, puis à Québec, en Colombie et au Brésil. A Paris, on consomme d’abord pour s’amuser… A moins de trouver les bons endroits !

      • Mary Faou

        Tu peux m’appeler seulement Mary 😉 Bref, d’accord avec ta réponse, à Paris, on consomme Puis on s’amuse, c’est dommage. Après ça ne m’empêche pas d’avoir de très bons souvenirs de soirées mais ma patrie me manque !

  • Sarah Guédon

    Super article ! Et ça me fait réfléchir sur moi … D’ailleurs c’est bien vrai, plus on cherche à résoudre un problème moins on trouve la solution, et à partir du moment ou l’on se dit « haaa j’en ai marre, je vais m’amuser et ne plus me prendre la tête! » la solution arrive =)

    • monbonpote

      Salut Sarah, merci de ton premier commentaire 🙂
      On est d’accord, parfois je me couche même sans trouver la réponse à un problème et je me réveille en sursaut, en me disant « Mais oui mais c’est çà ! » La nuit porte conseil on dit, et bien je confirme !

  • Carole Brugmans

    c’est tellement vrai, rien ne m’amuse plus que de « faire l’enfant » et d’oublier mes soucis d’adulte. Le hic c’est que ça devient de plus en plus rare, tant , autour de moi, on me demande d’agir en adulte. Mais effectivement, changer d’air quand on a un gros problème ça aide bien souvent à le résoudre 🙂

    • monbonpote

      Salut Carole, les blagues d’enfants sont les meilleurs, faut parfois se laisser vivre comme un môme quand il s’agit d’amusement, ou même lorsqu’on fait face à un problème. Je pense que tout est une question d’équilibre, du moment qu’on sait être sérieux quand il le faut…

  • jean-Luc (de Moralotop)

    Tu as raison Jordane, ne prenons pas la vie trop au sérieux car… on n’en sortira pas vivant !

    • monbonpote

      Salut Jean-Luc, merci de ton commentaire, comme le disait je ne sais plus qui : « Faire les choses avec sérieux, mais ne pas se prendre au sérieux »

  • Macha

    Wouhahou ! Good l’article, c’est tellement vrai. Depuis que je suis ici, je sors pas mal et je me paye de bonnes tranches de rire et je suis moins stressée au boulot, j’ai l’impression d’avoir 20 ans, je sors tout le temps et je vais bien !
    Viendez icitte, ça te fera du bien une cure canadienne ^^
    À tantôt :p

    • monbonpote

      T’avais pas 20 ans ? 😉 laisse moi deviner t’as l’impression de vivre ta vie, et tu te lèves le matin en te disant « qu’est ce qui va m’arriver de bien aujourd’hui? »

      • Macha Charrie

        Ouais, c’est un peu ça ! chaque jour ne ressemble pas et c’est cool ! en France, c’était la routine et je me faisais chier

  • Marie grain de Sel

    Oui je suis d’accord ! ta bonne humeur explose dans ton billet, j’adore ! Je suis en formation en ce moment et on a discuté des permissions justement : celles que l’on se donnent. Ton article fait échos à ça : moins d’interdits, davantage de permissions !!!

    • monbonpote

      Salut Marie, tu m’envoies flatté que mes écrits résonnent en toi… c’était fait exprès, je savais que tu avais cette formation 😉

  • Bountynette

    Je suis à 300% d’accord avec ton article ! Je me sens bien mieux après une bonne tranche de rigolade et ça me détend. J’aimerais tellement que ça arrive plus souvent, mais lorsqu’on arrive à un age ou les amis sont en routine couple-biberons-boulot, on a plus les occasions de faire les cons. La semaine prochaine, pour mon anniversaire, j’ai « convoqué » tous mes amis à passer un bol d’air à la campagne. Mon objectif ? Rire, jouer, faire la con, et profiter de chaque moment. J’espère que tout le monde sera dans cet état d’esprit. J’ai déja hâte d’y être j’en ai besoin.
    A bientôt ^^

    • monbonpote

      Bonne initiative ! J’espère que ça sera un souvenir génial et mémorable… L’amusement s’entretient, j’ai des amis qui ont des enfants, et malgré une période de mutation pantouflardesque, on s’amuse toujours autant, c’est pour moi une qualité qu’il faut conserver… Je ne suis pas mécontent de cette conversation que j’ai eu avec le petit papy à Clisson, car je pense que sa phrase « il faut entretenir sa jeunesse » restera ancrée en moi de longues années !

  • DarkGally Pasd’Bol

    Je suis bien d’accord dis donc !

  • Ophélie Feedback Baby

    Oh la la Jordane je passe ici et je vois ton article et ça me donne envie d’à la fois bouger et pleurer ! Parce qu’en ce moment, ça ne va pas fort, et malgré mon envie de tout faire pour changer les choses, je suis prise dans une inertie sans pareille, focalisée sur mon « problème » (de coeur non résolu, en fait). Je vais essayer de lancer un appel à l’aide à mes amis, pour voir s’il y en a des motivés pour rigoler un bon coup ! Je n’ai pas entendu mon rire résonner depuis… une éternité j’ai l’impression !

    • Ho Ophélie, je n’avais même pas vu ce commentaire, shame on me ! Comment le moral se trouve après ces vacances ensoleillée ? Tes amis ont répondu présent ?

      • Ophélie Feedback Baby

        Salut Jordane 😉 Eh bien écoute, j’ai fini par m’en sortir en beauté ! J’ai appliqué ta thérapie de la vie cool et drôle et senssass’ et j’ai réussi à me faire de nouveaux amis dans ma petite ville (les anciens étaient quasi tous occupés les pieds en éventail sur les plages). Puis nouvelle coupe de cheveux, nouveau look et le sourire en toutes circonstances… Bref, bonheur 😉 (il ne reste plus qu’à trouver un compagnon de route, mais en fait je vais sûrement partir en volontariat à Budapest dès janvier, ce n’est peut-être pas l’idéal du coup ^^)

        • C’est juste génial ce que tu m’écris là, je partage ton commentaire sur facebook avec joie et bonne humeur 🙂

  • Un sac sur le dos

    Très chouette article Jordane, plein d’énergie positive ! 🙂

    Trop souvent on confond être adulte et être sérieux … à ce compte là, je préfère ne jamais devenir adulte (vive le syndrôme de Peter pan ?!).
    Tout le monde à ses problèmes, mais être heureux, c’est un choix : comme le disait Voltaire : « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé » !

    Amandine d’Un sac sur le dos

    • Merci bien Amandine, tu crois que si Voltaire a dit il faudrait la prendre en compte ? (Ironie) Car beaucoup ne prenne pas en compte des adages anciens, alors que ce sont eux qui avaient raison ! On se focalise pas assez de nos jours sur les choses qui nous font du bien à notre être !

  • Marie May

    Bon, je vais marquer que j’adore, mais comme tu le sais et que je sais que tu le sais!!!

  • Pingback: Où passer son jour de l'an()

  • Pingback: Voyager seul à l'étranger... Mais pourquoi tu fais çà ?()