Accueil / Changer de vie / Efficacité / Prendre des risques ou rester devant la TV ?
Prendre des risques ou rester devant la TV ?
Prendre des risques ou rester devant la TV ?

Prendre des risques ou rester devant la TV ?

Paul Desmarais disait : « Il faut prendre des risques, il faut toujours prendre des risques. Mais l’attente comporte aussi un risque. » Une citation qui en dit long sur nos façons d’agir.

J’ai passé ma soirée de samedi soir à lever mon verre pour les 40 années d’un bon pote, j’en ai eu le lendemain, des courbatures (au cerveau) . Et, dans la foulée on en a profité pour faire une mise à jour de nos vies de ces derniers mois. Nous avons tout de même eu le temps, avant de prendre la couleur du liquide que l’on ingurgitait, de se rendre compte que certains d’entre nous vont dans les prochaines semaines, prendre des risques.

En général, à partir de dix bières, n’importe quelle personne sait comment régler la crise et faire gagner l’équipe de France en coupe du monde.

Prendre des risques ou rester devant la TV ?

Prendre des risques ou rester devant la TV ?

Mais nous, dans notre conversation nous arrivions à débattre sur le sujet du changement de vie. Et, nous nous sommes rendu compte que nous étions trois à tenter l’aventure de l’entrepreneuriat, dont une qui se reconvertit professionnellement.

Quatre personnes à prendre des risques sur la dizaine que nous étions, et je ne parle pas des deux autres qui sont déjà à leur compte, ça fait tout de même beaucoup, non ?

Prendre des risques : l’ère du changement

Est-ce que c’est moi, ou il y a dans l’air comme une odeur forte d’envie de changement ? En règle général, changer de vie fait le même effet que la tête de Rossy de Palma, ça fait peur !

Prendre des risques ou rester devant la TV ?

Prendre des risques ou rester devant la TV ?

Ça demande de sortir de sa zone de confort, et de prendre des risques. Et tous, nous cherchons avant tout la sécurité et la tranquillité. Mais ce n’est pas parce que vous vous sentez à l’aise dans cette zone, que vous le serez toujours. Voilà pourquoi je m’invente des lendemains formidables (et non fort minables).

Et, ces dernières semaines, je remarque que nous sommes de plus en plus nombreux à exiger ce changement de vie, et cela touche tout le monde. Même, ceux qui avaient pour habitude d’avoir le croupion vissé sur le canap’ à regarder la télévision pour ne pas dire TF1 et NRJ12. Tout est possible… Qui l’eut cru ?!

Que se passe t’il ? Ah oui ! C’est la crise ! Mais je pense qu’au-delà de ça, il y a comme une ère de recherche d’évolution personnelle qui a l’air de s’opérer en beaucoup d’entre nous. Le contexte bien moisi d’en ce moment, nous empêche d’atteindre nos objectifs de vie, nous oblige à prendre des risques en adaptant notre ligne de vie à cette période : Reconversion professionnelle, changement d’entreprise, changement de région, changement de pays, changement de point de vue, changement d’enfants… Ah ! On me dit dans l’oreille que ça n’est pas encore possible… Patience alors !

La crise économique a modifié à tout jamais le rapport de stabilité qu’on attribuait au salariat, présentant ainsi les limites du système.

Je l’ai, jadis, vécu chez un gros client, où la moitié de l’effectif s’est fait balourder comme un chat se débarrasse d’une puce.

Aujourd’hui plus rien n’est sûr, et plutôt que de s’en remettre à quelqu’un au niveau de notre avenir, bon nombre d’entre nous décident de s’en remettre à eux-mêmes en trouvant d’autres solutions pour s’adapter à cette crise.

Prendre des risques ou rester devant la TV ?

Prendre des risques ou rester devant la TV ?

C’est certes un coup de poker sur l’avenir de prendre des risques. Mais tout bien réfléchi, prendre des risques, tout le monde le fait. Aimer c’est aussi prendre des risques. Choisir de passer par une reconversion professionnelle aussi. C’est faire des paris incertains sur son avenir sentimental, connaître la peur de perdre sa mise pour parfois mieux savourer le frisson de la doubler. Au début, on est envahi de sentiments négatifs, on devient anxieux. Et une fois qu’on entreprend la première action, qu’on fait le premier pas, le doute et l’anxiété s’estompent.

Selon moi, prendre des risques c’est se permettre d’avoir confiance, en soi, en sa logique, et en sa vision de l’avenir. Mais c’est aussi changer de problématiques. En y réfléchissant bien, changer de soucis fait autant de bien que de prendre des vacances.

Quand notre bien-être est menacé, que nous ne sommes plus épanouies dans une situation personnelle ou professionnelle qui nous presse comme un citron, il convient de prendre des risques en choisissant un autre chemin. Après tout, le pire risque c’est de ne pas en prendre, non ?

Prendre des risques ou rester devant la TV ?

Prendre des risques ou rester devant la TV ?

La peur vient encore vous immobiliser ? Mais des peurs il y en pour tout et pour toute la vie ! La peur de l’échec, la peur du changement, la peur du jugement, la peur de réussir, la peur d’avoir peur, la peur du vide… bien, moi quand je vais à la station-service, j’ai peur du plein, ça ne m’empêche pas d’y aller tout de même, car j’en ai besoin !

Je l’ai déjà dit ce dont nous avons le plus peur de faire, est ce dont nous avons le plus besoin de faire. Il est important d’avoir son propre projet, sinon on finit par faire partie du projet de quelqu’un d’autre.

« Le changement c’est maintenant », nous a-t’on dit ? Et bien fallait nous dire que ce changement ne sera ni économique, ni politique, mais au niveau des consciences et de nous-mêmes. La révolution sera personnelle !

On est de plus en plus nombreux à prendre des risques en remettant en cause le statu quo et le paradigme. Après tout, quand on ne change en rien, rien ne change, et si c’est le cas pour vous, d’ici un an vous aurez souhaité avoir commencé aujourd’hui. Alors, si votre vie ne vous convient plus, pensez à ce que Anthony Robbins disait « Si vous faites ce que vous avez toujours fait, vous obtiendrez ce que vous avez toujours eu. » Alors bon courage pour votre nouvelle vie, ou bon Michel Drucker et Bon ch’tis à Hollywood !

REJOINS LA COMMUNAUTÉ ET REÇOIS TON CADEAU DE BIENVENUE

  • Camille G

    J’ai changé d’orientation après avoir eu ma Licence de Psycho & commencé un Master… Selon moi, ce n’était pas un risque sur le coup, car je pensais prendre plus de risque en continuant dans une voie qui ne me correspondait pas, mais plutôt une nécessité. Alors oui, ce changement n’était certainement pas sans risques, beaucoup de questionnements, d’inquiétudes… Puis la confiance s’est dessinée petit à petit, & m’encourage à penser que j’ai bien choisi ma voie. Affaire à suivre ! Il faut savoir prendre des risques, pour se surpasser, surtout se surprendre !

    • Haaa le changement d’orientation d’études… j’ai été un professionnel de ce changement, j’ai du l’avoir fait trois fois. C’est tout de même le meilleur moment de notre vie de pouvoir expérimenter des choses afin de savoir ci cela nous convient ou non. Pour mon cas j’ai eu du pot, car mon dernier choix fut le bon! Heureusement car après le master je n’avais plus d’option. Je te souhaite réussite dans ce que tu entreprends. Comme tu le dis, il faut pouvoir prendre des risques pour se surpasser autrement on ne sait jamais ce que l’on vaut ! Tu dois être, comme moi, surdiplômé non ?

      • Camille G

        Eh bien pas tant que ça non, je n’ai « qu’une » licence en Psychologie ! (j’ai 23 ans en même temps, je trouve que c’est déjà pas si mal) J’avais entamé un Master, mais non, je ne me voyais pas du tout aller au bout, ça ne me convenait pas.

  • Macha Charrie

    Prendre des risques… quitter ma job (enfin, je ne l’ai pas vraiment quitté) a été très difficile car j’avais peur ! peur de ne pas réussir au Canada, peur de ne pas trouver de job, d’appart convenable, etc.
    Quand je bossais en mairie et que je devais appeler les gens au téléphone, j’avais peur de parler et maintenant je suis secrétaire réceptionniste, ce qui ne m’empêche pas d’avoir peur parfois encore en répondant mais bon, ça n’a rien avoir avec prendre des risques ^^
    J’ai pris le risque de tout quitter en France pour arriver dans un pays que je connaissais seulement en touriste et par les dires de mes amis et des pvtistes qui y sont allés avant moi…
    Prendre des risques fait peur, parfois on peut tomber de haut et se faire mal mais au moins, on aura tenter quelque chose au lieu de rester visser son cul sur le canap’ à se morfondre de  »et si… »
    Je pense que je m’égare du sujet. Bref, bon article, comme d’habitude 😀

    • Non non tu ne t’écartes pas du sujet, tu es même en plein dedans, c’est pas tout le monde qui peut quitter sa région pour aller de l’autre côté de l’océan, tu fais parti du 10% de personnes qui décident de passer à l’action… En y réfléchissant c’est plus une question de circonstances que de personnalité. Et puis tu ne repars pas vraiment à zéro, puisque tu as emmenait avec toi tes forces et faiblesses, et peut être même aussi des problèmes… Mais au moins tu as pris le risque, et t’es allé au delà de tes peurs, comme le dit Camille plus bas, tu sais maintenant ce que tu vaux, et ce dont tu es capable de faire, sans mon boulot de consultant, je ne sais pas si j’en serais là où je suis… comme quoi ! 🙂

  • Bertrand@Lebraquetdelaliberté

    Je suis bien d’accord sur le fait que le changement il est nous-même et non politique. Car face à 60 millions de personnes, les politiques ne pèsent pas bien lourd.

    Mais comme tu le dis, est-ce que l’on prend vraiment des risques quand on pas le choix ? Je préfère prendre le risque de perdre de l’argent que celui de perdre le moral et donc la santé. Et quand tu n’a ni femme ni enfant, tu ne prends vraiment pas beaucoup de risques à perdre de l’argent, si ce n’est celui de se retrouver voyageur sdf avant l’heure !

    • La politique c’est en fait juste donner le sentiment aux français qu’il y a quelqu’un dans l’avion qui tente de les amener en terre promise, mais cet avion atterrit toujours là où il ne faut pas… (oh c’est beau ! non ?)
      Plus sérieusement, je pense qu’on a toujours le choix, mais seulement on choisit souvent ceux à notre portée et que l’on pense être les seuls plus ou moins bons. Je suis comme toi sur ce plan là, je préfère prendre des risques maintenant que j’ai la pêche plutôt que le jour où j’aurais une vie de famille, mais même avec une vie de famille c’est tout autant possible, il n’y a qu’à voir cet exemple : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/546557-vivre-sans-argent-une-famille-change-de-vie-en-ouvrant-les-portes-de-sa-ferme.html

  • JulienLeaderBlogueur

    Oui le risque c’est de notre époque. Je pense que les moments les plus pénibles sont ceux où l’on veut avancer, mais où la situation nous oblige à être patient (attendre de finir un cours du soir pour pouvoir évoluer, être bloqué financièrement, etc).

    BTW, si tu cherches des listes de peur amuse toi -> http://www.mots-croises.ch/Listes/phobies.htm?lettre=A

    Pour la TV, je l’ai viré il y a 1 année maintenant 😉

    Salutation!

    • Salut Mon pote !
      Ton commentaire arrive à point, je suis justement en train de prendre mon mal en patience pour mon activité de coaching… C’est dur de passer du stade de je travaille, j’ai un résultat immédiat à je travaille, mais pour faire pousser mon arbre.

      Merci pour ton lien, j’ai pris peur en voyant la liste. Et comment ça s’appelle d’ailleurs cette peur de voir une liste de peur ?

      La TV ? Qu’est ce que c’est ? 😉

  • Vi

    Ouais ! Tu ne crois pas aussi qu’il y a une question d’age ? J’avoue être dans le même mood, et je suis tellement en train de prendre des risques que j’aime bien poser mon croupion devant confessions intimes de temps à autre avec un verre de Talisker… ça me permet de savourer encore plus la prise de risque… de me sentir encore plus vivante. Etrange non ?

    • Une question d’âge ? Sans vouloir me montrer pédant, et loin de moi cette façon d’être… Tu ne crois pas que celui qui dit « qu’il est trop tard » est celui aussi qui dit « qu’il est trop tôt ? ». Trop tard par rapport à quoi ? Trop tôt par rapport à quoi ? Je pose ces questions dans le vide, car évidemment ce sont des questions sans fond !
      Avant d’aller plus loin, tu veux me préciser ta pensée stp ? Car j’ai pas envie de répondre à côté…

      • Vi

        Hey Joyeux Noël, Enfin, un peu à la bourre j’avoue… mais mieux vaut tard que jamais !!! Pour en revenir à mon propos et éclaircir ma pensée ou plutôt la préciser parce que je ne suis pas encore sortie du marathon des festins et donc encore embrumée, disons que je sens comme une convergence parmi mes potes trentenaires/quarantenaires. Un besoin de changer de vie, un ras le bol du monde de l’entreprise tel qu’ils le connaissent.
        Pour la plupart, nous avons tous tenté pleins d’expériences professionnelles, nous avons construits des familles, pris des risques du côté personnel, vécu des crises et ça nous a bien occupé un petit bout de vie… Mais là, pour la plupart nous sommes animés par le même désir, trouver ce qui nous fait vibrer, le faire et surtout en vivre.
        Mais tu as raison, il n’y a pas d’âge pour changer de vie.

        • Bonne fête de fin d’année, on va dire ça comme ça 🙂
          J’espère au moins qu’à ton marathon t’as dégusté d’excellents plats, dans ce cas, ça valait le coup d’être embrumé…
          Oui je comprends très bien ce que tu veux dire, c’est la même chose dans mon entourage, dès qu’on rentre en entreprise, on prend conscience de beaucoup de chose, surtout quand on se dit en fin de journée qu’on est claqué mentalement et qu’il faut se préparer pour la journée de demain qui dure 40 ans (si ce n’est plus)
          Et tu fais bien de le souligner, on recherche tous le bonheur ou à éviter la souffrance, et ça à n’importe quel âge je pense, car actuellement je coach une brillante nana de 19 ans, qui a arrêté ses études car ça ne lui convenait pas, elle a eu le cran de le faire à son âge, elle est intelligente, mais elle ne sait pas ce qui l’a fait vibrer pour l’instant… dure paradoxe ! En fait c’est cette prise de conscience qui frappe à n’importe quel âge qui nous fait prendre des risques ou non… mais je te rejoins dans l’idée que le pic de la tranche d’âge est autour de la trentaine… C’est aussi ton cas ?

  • Pingback: Get lucky ou comment avoir de la chance()