Accueil / Voyage / Partir seul en voyage sans planification… juste avec mon smartphone
Partir seul en voyage sans planification… juste avec mon smartphone
Partir seul en voyage sans planification... juste avec mon smartphone

Partir seul en voyage sans planification… juste avec mon smartphone

Organiser son voyage est toujours un peu difficile. Difficile de trouver le bon itinéraire, le bon mode de logement, les endroits à visiter, etc… Le stress de l’organisation pré-voyage peut vite monter et donner le sentiment d’être débordé, car trop d’informations tue l’information. Mais qu’arriverait-il si on décide de partir seul sans rien planifier ? Votre humble serviteur a expérimenté : « partir seul en voyage à l’arrache, juste avec mon smarphone ». Ouais, je suis comme ça, je plaisante avec la vie.

Partir seul en voyage à l’arrache, et improviser via mon smartphone

Partir seul en voyage sans planification... juste avec mon smartphone

Partir seul en voyage sans planification… juste avec mon smartphone

Qu’il est bon de voyager seul, mais cette fois-ci j’ai géré différemment, voir quasiment pas. J’ai cette fois uniquement géré l’hébergement et le transport maximum deux jours avant. Simplement en envoyant des mails via le wifi de mon smartphone (30 min/jour et merci au fastfood dont chacun de ses restaurants dispose du wifi). Et comme il n’y a pas qu’une manière d’organiser son trip, j’ai ainsi voulu voir ce que ça fait de partir seul en voyage au dernier moment et sans rien prévoir. Avec pour simple outils de voyage mon smartphone et une recharge portable acheté au Japon. J’en ai même oublié de prévenir mes potes que je partais. La honte !

Partir seul en voyage sans planification... juste avec mon smartphone

La recharge portable
 » Partir seul en voyage sans planification… juste avec mon smartphone »

Mon téléphone m’a servi de carte et gps, j’ai géré mes réservations d’appart, de vols pour Kiev, de bus pour Varsovie, des requêtes couch surfing, mes rencontres via les applications whatsap ou Viber, etc. J’ai tout fait avec, j’ai été un vrai digital nomade pendant plus de deux semaines.

Le mode de transport et l’hébergement c’est tout

4 modes de transport s’offraient à moi (Paris/Berlin)

L’avion : Trop cher pour partir du jour au lendemain – environ 250 € le billet

Le train : Encore plus cher que l’avion – environ 300€ (faudra un jour qu’on m’explique)

Le bus : Environ 150

Le covoiturage : 60€, j’ai finalement opté pour ce mode de transport, j’avais le temps, c’est plus économique, ça m’a permis de sympathiser avec les passagers qui étaient des jeunes et avec qui j’ai passé la soirée du vendredi soir, et qui plus est, (grosse chance) ils habitaient à 5 min de chez moi. Parfait pour le départ.

Pour l’hébergement, je m’y prenais toujours deux jours en avance. J’ai fait Berlin, Sopot, Varsovie, Kiev, sans aucun soucis, je voulais aussi faire Amsterdam, vu ce qu’un collègue m’en avait dit de cette ville. Malgré ses dires alléchants sur la vie Amstellodamoise, (et ça n’est pas le premier à me le dire) : les lieux, le style de vie, les soirées, les habitants de la ville, le quartier rouge (?). J’ai décidé de me limiter aux pays de l’est pour le moment. J’ai au total dépensé 600€ pour 16 nuits dans des appartements classes loués au coeur de Berlin, Sopot, Varsovie, et Kiev. Ca va ?! Et je ne regrettes pas mes choix éclairs.

C’est la preuve que planifier votre voyage au jour le jour (surtout en Europe) est possible, donc ça n’est pas obligatoire de planifier votre voyage trois mois en avance. Plus vous veillez à respecter votre planning plus vous stresserez. Vous êtes en vacances alors pourquoi vivre de la même manière qu’au bureau ! Relax !

Trop de planification tue la planification

L’erreur selon moi, est de réaliser un planning jour par jour, heure par heure des choses que vous devez faire durant votre voyage. C’est le meilleur moyen de se mettre le pression. Laissez-vous porter par le vent.

Avez-vous déjà remarqué que lorsque vous voyagez, vos plans que vous avez si soigneusement préparés, changent toujours à coup sûr (à moins d’être linéaire et d’avoir la tête dans le guidon) ? Et que se passe-t’il quand on ne peut pas faire ce qu’on a prévu de faire ? On s’énerve, frustre, et stresse ?

Cette fois-ci, j’ai voyagé léger dans ma tête et ma valise. J’ai ainsi voulu expérimenté un truc que j’ai appris en bloguant : Utiliser la connaissance des autres.

Partir seul et se faire des amis en utilisant leur connaissance

Depuis quelques voyages, j’ai remarqué qu’en fonction des pays il était plus ou moins facile de faire des rencontres.

Comme j’aime bien faire mon mec sociale à l’étranger, j’ai décidé d’utiliser cet aspect pour en faire mon carnet de voyage. Je m’explique

J’utilise les bons plans et connaissances de mes rencontres (autochtones ou autres voyageurs) pour visiter et vivre mes vacances à mon rythme. En fait je n’ai rien à faire, ce sont eux qui font le travail pour moi. La fainéantise productive, vous connaissez ?

Par exemple en parlant à d’autres voyageurs qui eux ont tout planifié, je me sers de ce qu’ils ont vu ou projette de voir pour faire de même, à condition que ça m’intéresse.

L’avantage de cette méthode est que ça m’oblige à aller vers les autres au lieu de rester seul à me faire des monologues avec mon smartphone.

L’autre avantage est que ça vous rend disponible aux propositions (décente) des autochtones, si vous êtes quelqu’un de sympa, ouvert aux autres et désireux de découvrir comment vivent les gens, vous pouvez être sûr qu’ils vous inviteront à passer du temps avec eux. Les gens aiment qu’on s’intéressent à eux. Par exemple, j’ai été invité pour faire un  BBQ, dans une superbe ville cachée dans des endroits inconnus des touristes où je n’aurais jamais pu y aller seul.

En fonction des pays vous trouverez toujours des personnes accueillantes, pour vous faire partager leur vie, et vous embellir votre périple, encore plus si partir seul en voyage est votre opium.

Vivez l’improvisation du voyage

Si je vous dis que l’improvisation se prépare, vous rigolez ?

Et bien pourtant c’est le cas, dans le sens où vous allez choisir :

– Une auberge de jeunesse, certes pour les prix, mais aussi pour la probabilité de rencontrer d’autres personnes formidables et de faire un bout de chemin avec eux.

– Les lieux touristiques sont aussi l’occasion de rencontrer d’autres voyageurs, car la première chose que l’on fait quand on arrive dans une ville à l’étranger, c’est d’aller au centre ville. C’est là que j’y ai fait mes premières rencontres, au mieux la personne fait un bout de chemin avec moi, au pire elle me donne des tuyaux et chacun part de son côté.

– Le Couch Surfing qui n’est plus à présenter aujourd’hui. Si les personnes ne peuvent vous héberger, demandez au moins d’aller boire un verre avec eux pour découvrir comment vive les gens ailleurs, et organiser votre périple sur place. En général, ils connaissent mieux que quiconque toutes les astuces, le prix réels des taxis, où les prendre, où aller, que acheter et à quel endroit, etc, etc, etc…

Partir seul en voyage sans planification... juste avec mon smartphone

Partir seul en voyage sans planification… juste avec mon smartphone

– Les tournées des bars sont un bon moyen de faire des rencontres, car on augmente les probabilités d’en faire. Je suis pour la première fois de ma vie parti seul en boîte seul en Pologne, le truc impensable, et « j’ai kiffé, t’as vu !« 

– Les transports, on y pense pas mais voyager en bus ou en covoiturage est un excellent moyen de faire des connaissances…

Bref, les occasions de rencontrer des personnes à l’étranger ne manquent pas, et en fonction des pays vous ferez plus facilement des rencontres. J’ai par exemple fait rencontres sur rencontres au Brésil alors qu’au Japon, j’ai fait bides sur bides, je ne me suis jamais pris autant de vents de ma vie.

La french touch et le pouvoir de la sympathie

Un point à préciser, toutes ces rencontres se sont faites naturellement, je n’ai pas fait mon fucking french en imposant ma présence ou polluant le trip de quelqu’un d’autre. Mes objectifs : apprendre des autres, découvrir d’autres cultures, d’autres styles de vies.

Le plus important dans le voyage ce n’est pas la destination, c’est la manière de voyager. Le plus fabuleux arrive toujours pendant le trajet, ce qui permet aux voyages de former la jeunesse. Aussi, ne ciblez pas la quantité mais la qualité du voyage, vivez le à votre rythme. Peu importe comment vous vous organisez car vous ferez toujours des rencontres imprévues. Le plus important sont les expériences que vous vivez.

Bref, j’ai prouvé que partir seul en voyage en gérant tout sur place via mon smartphone et en improvisant grâce aux connaissances de mes rencontres était largement possible et facile à faire, à condition d’avoir un smartphone et le wifi (accessible et gratuit dans la plupart des pays). C’est un bon moyen de vous challenger, et de gérer votre stress.

Partir seul en voyage, c’est la liberté, mais ne rien planifier et improviser c’est un sentiment de liberté absolue. J’ai ainsi pu faire Berlin, Gdansk, Varsovie et Kiev, les doigts dans le nez et sans rien planifier, et j’ai fait un somptueux périple. Tout s’est bien passé, et j’ai même gardé tous mes membres. Elle est pas belle la vie ?

REJOINS LA COMMUNAUTÉ ET REÇOIS TON CADEAU DE BIENVENUE