Accueil / Voyage / Montpellier : Capitale de la bonne humeur
Montpellier : Capitale de la bonne humeur
Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Parti une dizaine de jours dans le sud de la France pour le développement de mon activité, je suis revenu en forme, mais le moral est resté sur la plage. Quand j’y pense comment se fait-il qu’à chaque fois que je reviens de quelque part sur Paris, ça me fait le même effet que si je m’étais enfilé la discographie de Benjamin Biolay ? La seule chose que j’ai envie, c’est de repartir.

Bref, voici mon sentiment sur la ville de Montpellier, dans laquelle j’ai passé la majeure partie de mon temps. Il ne sera pas question, dans cet article, d’idéaliser cette ville comme peut le faire un touriste sous le charme ou de faire un « battle » entre Montpellier et Paris, car je ne serais pas objectif.

Mentalité des Montpelliérains

J’ai adoré:

J’ai trouvé les Montpelliérains arrogantsindividualistes et pas du tout chaleureux… J’aurais été crédible si le sujet de cet article était sur Paris, mais là, bien sûr que je déconne. Pour ne pas rentrer justement dans les généralités, et rédiger un article avec un minimum de recul, j’ai fait les choses correctement. Je me suis fixé l’objectif de converser avec 5 personnes par jour (Vendeur(se)s, caissières, passants, clients, etc.), j’ai été scotché de leur bonne humeurParler à des inconnus dans cette ville et avoir un réel échange est d’une facilité déconcertante. Pour moi c’est nouveau, je ne connais pas ça à Paris ! Et mis à part deux, trois personnes un peu réticentes, ou timides, j’ai eu l’impression de ne pas être qu’un étranger, et d’être à ma place. Ça m’a rappelé l’hospitalité québécoise.

J’ai moins adoré :

Les punks à chiens, il y en a partout.

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Ils sont surtout attirés par les cigarettes roulées, donc malheur à celui ou celle qui se balade avec une clope au bec. Il n’y a pas un jour où je ne me suis pas fait solliciter. Paraît que la misère est moins pénible au soleil.

Le climat de la bonne humeur

J’ai adoré :

Et en parlant de soleil, j’ai 9 jours sur 10 de soleil et de ciel bleu, j’ai rechargé mes batteries en Prozac solaire pour les semaines à venir.

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Rien d’étonnant quand une ville comme Montpellier, fait partie du top 10 des villes les plus ensoleillées avec plus de 300 jours de soleil dans l’année ça change les mentalités.

J’ai moins adoré :

Le vent. Quand ça souffle, on s’en prend plein les yeux, surtout dans les dunes de sable.

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Mais bon deux jours de vent sur dix, on ne va pas se plaindre non plus !

Une ville dynamique et jeune

J’ai adoré :

C’est avant tout une ville étudiante et ça se voit. Ça sent partout la bonne humeur, c’est pas non plus pour rien que l’homme le plus vu sur le net au monde vient de cette ville (Rémi Gaillard). Le soir, le centre-ville se transforme en grosse fiesta de rue.

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Même les musées sont réquisitionnés pour faire la teuf, j’y ai même croisé un mec en slip !

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Entre bars dansants, comme le huit, ou le circus (bar à l’américaine avec plusieurs salles, canapé et billards) les bars à concerts comme l’up and down et le black sheep où j’y ai d’ailleurs vu des groupes sympas …

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

…et moins sympas comme Cobra foutre (ouais je sais !) une sorte d’électro psychédélique dégueulasse.

Musicalement ça pique fort, les seules paroles de la chanson étaient « Nicolas Cage un peu gluant » répété au moins 30 fois en 3 min. Un vrai sketch des inconnus, c’était complètement glucose tu vois han ? Ils avaient un batteur avec une armure en aluminium qui faisait de la air batterie quand il ne balançait pas de la salade sur le public. Je suis ouvert, mais là je n’y comprends rien, paraît-il que c’est de l’art ! Ça avait l’air de plaire ou ils étaient sous ecstasy, perso j’ai tenu deux chansons, après mes oreilles se sont mises à saigner.

Et bien évidemment les rues piétonnes.

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Et la place de la comédie (de nuit)

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

J’ai moins adoré :

À 1heure du mat tous les bars ferment; ordre préfectoral oblige. Paraît que l’été c’est 2 heures. Donc, passé une heure tout le monde se dirige vers le RockStore. Une salle de concert qui fait boite… On aime ou on n’aime pas.

Lifestyle

J’ai adoré :

Tout le monde y fait du sport, ça expliquerait avec le soleil pourquoi ils sont de bonne humeur. Je ne vous cache pas qu’en voyant la silhouette des dames, j’ai plus d’une fois saigné du nez plus d’une fois. Une majorité de top, même les plus âgées !

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

À côté de Barcelone. À 3h30 en voiture, le pied! Et encore plus, équipé de la climatisation et de bons pneus comme ceux proposés par la plateforme 123pneus : ma préférence va à la marque Michelin et Continental. Autrement, il y a la nouvelle ligne SNCF où l’on peut admirer la splendeur des campagnes.

La journée c’est plage.

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Mais pas des plages où chacun s’emboîte les uns dessus les autres. Des plages dignes de celles de l’atlantique.

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

J’ai moins adoré :

C’est qu’il faut avoir une voiture. On n’y est pas allé tous les jours. On n’a pas eu de bol niveau voiture, entre celle de mon pote dont la pédale d’embrayage est restée bloquée et le jour où mon amie devait faire un saut chez le garagiste pour faire poser ses pneus fraîchement livrés. On a dû se prendre le tram qui s’arrête à 15 min à pied de la plage de Carnon.

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Autre chose, pour se garer c’est la misère. Tout est payant et les stationnements sont limités. Rien d’important, car tout se fait à pied, ou en vélo. D’ailleurs les routes sont un paradis pour les skateurs.

Bref, une ville rock’n’roll, qui respire la bonne humeur. Des gens agréables, qui donnent envie de se sociabiliser, d’être dehors dès le matin avec un temps fabuleux et où les femmes respirent le soleil, bref, un cadre de vie exceptionnelle auquel j’adhère totalement. Dommage que les taxes y sont importantes et qu’il n’y ait pas beaucoup de boulot, car j’aurais changé mon adresse à l’heure où je finis ces lignes.

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Allé, encore une pour la route :

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Montpellier : Capitale de la bonne humeur

Et vous ? Quel est votre capitale de la bonne humeur ?

REJOINS LA COMMUNAUTÉ ET REÇOIS TON CADEAU DE BIENVENUE