Accueil / Voyage / Les voyages forment la jeunesse ? Bâtissons notre jeunesse !
Les voyages forment la jeunesse ? Bâtissons notre jeunesse !
Les voyages forment la jeunesse

Les voyages forment la jeunesse ? Bâtissons notre jeunesse !

Les voyages forment la jeunesse

Les voyages forment la jeunesse

Montaigne disait dans le livre des Essais : «Les voyages forment la jeunesse». Bien il n’avait pas tort le grand philosophe car s’il apparaît que l’expérience du voyage est un outil, elle permet aux jeunes de se construire. Mais qu’en est-il alors quand on a plus de vingt-cinq ans ? Ce proverbe s’applique t-il toujours ? Si je me pose ces questions c’est pour vous faire partager un constat que j’ai fait lors d’une conversation avec un ami revenu tout noir de Nouvelle Zélande. « Ka mate ! »

Les voyages forment la jeunesse

Quand je parle de voyage, je ne fais pas allusion à un voyage en Tunisie où la seule activité consiste à poser son boule dans une piscine ou sur un transat en ingurgitant de la bouffe d’Allemand. Je parle d’expériences à l’étranger, d’aventures de moyenne et longue durée qui nous épanouissent et nous donnent un sentiment de régression lors de notre retour au pays… Pays auquel on fait le reproche inconscient de ne pas avoir évolué aussi vite que nous pendant notre absence.

Ce ressenti est très fréquent au retour d’un voyage à l’étranger, et en général une fois qu’on rentre à la maison, la seule chose dont on a envie, c’est de remettre les voiles aussitôt. Ce sentiment je l’ai aussi vécu. Il m’est d’ailleurs revenu il y a quelques jours de cela, alors que mon ami me racontait son trip Néo-Zélandais. Il a vécu une expérience unique, et les paillettes qu’il avait dans ses yeux de chapoté lorsqu’il me narrait son voyage, ne m’en ont pas fait douter. Voyager seul fait toujours cet effet.

Cependant il m’a étonné de ne pas s’être fait gifler par le blues du voyage, alors que son retour à la réalité dans son appartement à Paris l’a piqué bien fort. Il m’expliquait s’être pris une grosse claque lors de son périple, et que ce voyage fut sa révélation. Un déclic qui l’a fait prendre conscience de son existence et de sa situation. Cette envolée lointaine a allumé certaines choses dans sa tête et lui a ouvert les yeux, comme si il s’était débranché de la matrice. Je savais qu’il allait revenir comme ça, j’en aurais mis ma Playstation à couper que j’allais le retrouver dans cet état d’esprit. Déjà au bout de deux, trois semaines il m’avoua n’avoir aucune envie de revenir à son ancienne vie. Quand ça commence comme ça, il y a peu de chance de revoir un jour notre ami(e)…

C’est lors de ces moments que les mots « vivre sa vie » prennent tout leur sens. Le sentiment de liberté, mélangé à la sensation d’être l’acteur de sa propre vie, le tout accompagné par la découverte épanouissante de son potentiel et de ses capacités, sont les bénéfices les plus éclatants du voyage.

Car comme disait Proust, le véritable voyage de découverte consiste à porter un nouveau regard sur soi-même et la vie :

Les voyages forment la jeunesse

Les voyages forment la jeunesse

On se contente trop souvent de son train-train quotidien sans savoir qu’il existe une vie plus intense causé par « l’ailleurs« . Une vie de liberté, pleine d’opportunités, vers un plus beau soleil, loin du conditionnement social et des problèmes liés à notre quotidien.

L’école de la vie

Les voyages forment la jeunesse, car c’est en voyageant qu’on découvre d’autres cultures, d’autres styles et philosophies de vieLa différence est une richesse d’apprentissage.

C’est comme se donner la chance de vivre une autre vie, de s’approprier celle d’un autre. Hormis s’imprégner des habitudes de vie et de pensée du pays qui se fait hôte, c’est surtout l’opportunité d’acquérir des connaissances que l’école ne nous apportera jamais. Comme apprendre à :

Être ouvert d’esprit

S’ouvrir aux autres et au monde

Relativiser sans s’apitoyer sur son sort

Être tolérant

Car ces valeurs citées… Quelle école nous les apprend ?

.

Compter uniquement sur soi-même en s’organisant sans son Iphone

Se faire confiance et sans stresser comme une truie

Surmonter ses peurs, et sa timidité d’enfant de 5 ans

S’attacher aux personnes rencontrées sur le chemin, et à se détacher pour une autre contrée plus lointaine

Et cela aucune école ne nous l’apprend, pourtant les « relations humaines » sont le moteur de nos vies.

Mais par dessus tout, on comprend mieux l’adage que l’argent ne fait pas le bonheur (même s’il y contribue) car être riche est selon moi inutile (bien que le vouloir est logique), car comme le disait Thomas Edison :

« la valeur d’une personne correspond à ce qu’elle est, non à ce qu’elle possède.« 

Enfin, on prend conscience que l’ambition de faire une carrière professionnelle dans une grande boite n’est pas une fin en soi… Contrairement à la croyance populaire qui nous conditionne depuis tout petit à vivre, pour le travail. Car le succès n’est pas la clé du bonheur. C’est le bonheur qui est la clé du succès.

Le voyage, Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysage, mais à avoir de nouveaux yeux, les voyages forment la jeunesse, voyage, monbonpote

Les voyages forment la jeunesse

En résumé de cette réflexion : on ne voyage pas pour changer de lieux, mais pour changer sa façon de penser.

Si les voyages forment la jeunesse c’est parce qu’il n’y a pas meilleure école que celle de la vie. Sortir du désert, voguer la galère, et rencontrer le bonheur pour l’apprivoiser. Il n’y a pas d’âge pour embrasser la chance que tout recommence car il n’est jamais trop tard pour avoir une enfance heureuse. A bon entendeur à l’oiseau (bientôt) migrateur.

Et vous ? Pensez-vous que les voyages forment la jeunesse ?

REJOINS LA COMMUNAUTÉ ET REÇOIS TON CADEAU DE BIENVENUE

  • Tom Dumoulin

    I Love you Jordane ! 😉 xD

    Ton article sont porteur de questionnements perpétuelle et je te remercie pour cela !

  • Fernanda

    Non, mais un bon bouquin, ça peut emmener loin aussi … ça marche bien avec l’ouverture d’esprit …

    Sinon, y’a l’amour, qui marche bien (quand ça marche). J’ai été te chercher ça loin dans mon adolescence, mec
     » Pa biswen mennen mwen lwen (Pas besoin de m’emmener loin)
    Dé lan men’w ka fè mwen voyajé ( Ce sont tes mains qui me font voyager)
    Sé dousè la po’w ki niaj’ mwen (La douceur de ta peau est mon nuage)
    Mennen mwen lwen (emmeène moi loin)
    (KWAK : c’est le nom du groupe)

    Alooors ?!

  • Valentin

    Salut Jordane,

    Merci d’avoir parlé de mon expérience.

    J’ai d’ailleurs réveillé mon blog de sa léthargie, afin d’enrichir ton article de ma propre réponse, en le complétant de mes commentaires.

    Enjoy!

    http://tomasso.fr/blog-explorations/le-blog-mon-bon-pote-parle-de-moi/

  • Un sac sur le dos

    Je partage tout à fait ton point de vue sur les voyages et le développement personnel, et je suis convaincue que ses bienfaits ne profitent pas qu’aux jeunes 😉 (Il n’y a qu’à voir ce retraité qui fait la une des news pcq il part faire le tour du monde).

    Je parle d’ailleurs de ces bienfaits du voyage dans plusieurs de mes articles de réflexion, c’est un thème qui me parle à cœur : http://www.unsacsurledos.com/category/reflexions/

    Comme le dit St Augustin : « Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page » … Il n’y a pas d’âge pour lire, découvrir et grandir 😉

    • Salut Amandine, j’étais un peu comme ça aussi, quand j’ai découvert les biens faits du voyage en solo… Quand on parle du reste du livre à ceux qui n’en ont lu qu’une, peu sont intéressés ! C’est bien dommage !