Accueil / Changer de vie / Humeur / Emotions / Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?
Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?
Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?

Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?

J’ai toujours été amusé de lire des articles sur « comment avoir de la chance ?« . Je me demande comment ce genre d’écrits peuvent être interprétés par une personne qui pense être poissarde et/ou qui ne croit pas à la chance. Lui expliquer comment avoir de la chance serait aussi efficace que d’expliquer à Steevy Boulay « comment prendre la parole pour dire des choses intelligentes et pertinentes sans passer pour une tête à claques avant même de l’ouvrir ».

Jadis, j’étais persuadé qu’avoir de la chance c’était avant tout une question de hasard, on est au bon endroit au bon moment, ou encore que c’était une question de bonne étoile. Mais depuis quelque temps, je commence à remettre en cause cette conviction.

chance1Samedi soir 4h, je sors d’une soirée, accompagné. Je lui ouvre la porte car je suis un canar… un gentleman. Je démarre ma voiture, en route pour ma fin de soirée. Je remarque alors qu’elle éclaire un peu moins que d’habitude (je parle de ma voiture). OK, pas grave ça ira mieux en roulant. Naïvetééééé… 5 min plus tard, nous sommes dans une caisse à savon qui n’éclaire presque plus. J’ai, d’un coup, un mauvais pressentiment. Pas concernant ma voiture, mais à propos de ma fin de soirée avec la dame. Je vais finir sur le crique. Là ! Je parlais pas de ma voiture… Non, je déconne !

Bref, ça sentait le sapin et le coup de la panne c’est sur-fait. Elle décide de dormir sur place chez l’amie chez qui on était… Au cas où… Moi, j’allais dans l’autre direction en tentant de rentrer chez moi sans… lumière, et après avoir tenté de m’incruster sournoisement entre les deux. « C’est bon, ça va aller… pour rentrer ! »

Sur le chemin, je passe par les villes éclairées. Puis pas de pot, je me retrouve sur une route de forêt aussi sombre et rassurante que la forêt de la méchante sorcière de l’ouest. Et là ! C’est le drame ! Pile à ce moment, la voiture me claque dans les mains. Roue libre de désespéré avec l’espoir qu’elle m’emmène le plus loin possible. Puis mort de Bumbo ! Ça sent la courroie d’alimentation ça !

J’appelle mon entourage, pas de réponse ! A la soirée où j’étais ? Rien ! Une amie insomniaque du coin ? Répondeur. Un autre ! Répondeur ! A quoi bon avoir un téléphone ?! Et les autres sont trop loin ! Reste à marcher ! J’étais à 10 min de chez moi… en voiture, à 90 km/h, donc 2 heures à pieds. Le tout en traversant une route de forêt sans lumières, dans le froid à 5h00 du mat. Ce n’est pas comme si je n’étais pas habillé en minet ! Et dans la forêt, il ne fait pas la même température qu’en ville. En réalité, j’avais le sentiment que les arbres me regardaient.

arbre terrifiant, arbre qui regarde, arbre avec des yeux, arbre horrible, Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?

Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?

Je me mets à marcher puis je ne sais pas pourquoi, mon cerveau, solidaire, a la bonne idée pour me consoler, de me repasser en boucle l’anecdote de quelqu’un qui me racontait avoir vu des sangliers sur cette route… Au bout de 2 heures et 15 min (oui j’avais fait une mauvaise estimation ! On ne se rend pas compte comme une route à 90km/h peut-être courte en voiture et longue à pied) de marche sans rencontrer la moindre voiture (et sangliers), je me mets à voir le jour ! Je vois même des (amis) canards voler dans le ciel. J’aurais donné cher pour m’agripper à leur dos !

chat marrant, chat sur un aigle, chat court après oiseaux, chat agrippé à un oiseau, Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?

Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?

Batman fait du stop, Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?

Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?

Avoir de la chance, c’est…

Au loin, j’entends une voiture arriver. Je vois une camionnette se diriger vers moi. A quoi bon lui faire signe de s’arrêter je suis bientôt arrivé. Et là, la camionnette s’arrête, et fait une marche arrière. Allez savoir pourquoi, j’ai cru qu’à ce moment précis, j’allais vivre un moment agréable avec Émile Louis, et que dans une semaine Jean-Pierre Pernault aborderait mon cas de disparu entre un sujet de collectionneur de pin’s de Meurtre… Meurthe-et-Moselle et un fromager de 105 ans en Picardie.

La vitre se baisse, puis un mec me dit : « Bah ma gueule !? Qu’est-ce tu fiches à marcher tout seul ? » (Question pleine de sens !)

Aucune voiture pendant deux heures, et la seule qui passe, c’est une connaissance du coin. Mais pas n’importe quelle connaissance, un garagiste ! Il partait faire de la mécanique chez quelqu’un. « Y a rien là ?! » Je n’en revenais pas moi-même, « c’tte cha… chance !!! » J’ai touché les extrémités de mon front pour voir ! Rien ne me poussait. Normal je n’ai rien pu faire… ! J’ai tout de même placé à mon pote un:

« T’aurais pas pu passer plutôt ?!« 

En fin de compte, qu’est-ce que c’est avoir de la chance ? Une question d’état d’esprit ? De porte-bonheur ? De bonne étoile ? Ou le fruit du hasard ? Ou encore un coup de l’inévitable destin ? J’ai ensuite appris que ce pote passait tous les dimanches matins sur cette route… Donc… Logique que je sois tombé sur lui. Il mérite que je fasse sa pub. Merci Speedy de lui avoir donné sa chance !

Un type qui sévit sur le net explique, qu’avoir de la chance est avant tout une compétence. Les personnes qui ont de la chance en sont responsables et ceux/celles qui n’en ont pas, en sont aussi responsables. En résumé, ça dépend du résultat de nos actions, nos actes, et choix, etc.

Alors oui, je suis bien d’accord avec ce brave gars, mais il y a des choses inexplicables qui se présentent parfois à nous. Cependant, il faut bien distinguer la chance qui dépend de nous et le hasard ou destin, appelez ça comme vous voulez. Coup ou caresse du sort ?

J’ai un jour écrit dans un article sur la chance :

« On a souvent tendance à parler de chance quand une série de bonheurs nous arrive et de hasard et de malchance quand c’est une série de malheurs. Faut-il pour autant conclure que tout est gouverné par la chance ? C’est rassurant, de se dire qu’on vit dans un monde régulé, plutôt que dans un monde où le hasard domine. Je pense qu’avoir de la chance est avant tout une question d’attention. Nous sommes peut-être plus attentifs aux choses, puisque nous cherchons le positif dans chaque chose qui nous entoure. »

Il n'y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel. Dalai Lama, citation dalai lama, Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?

Comment avoir de la chance sans avoir des cornes au front ?

J’ajoute qu’avoir de la chance passe par une nouvelle façon de percevoir la réalité. Certain(e)s penseront, à la loi de l’attraction en repensant à mon anecdote, d’autres se diront que je devrais jouer au loto. Moi, ça me fait surtout penser à une citation du Dalaï-Lama qui dit : « Il n’y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile, il n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel ». Je vais peut-être donc reconsidérer mon rencard alors !

Et vous ? Plutôt poissard ou avoir de la chance est votre quotidien ? 

REJOINS LA COMMUNAUTÉ ET REÇOIS TON CADEAU DE BIENVENUE

  • Ahah j’aime beaucoup la façon dont tu racontes ton évènement xD Le coup de la panne aurait été bien drôle avec la fille oui! Je crois qu’il faut pas trop se demander si la chance existe ou pas, des fois on en a, des fois on n’en a pas… Comme tu dis « il n’y a que ceux qui ne savent pas lire le ciel », ta voiture tombée en panne au milieu d’un bois en pleine nuit aurait pu te dire que tu n’avais pas de chance et te faire passer à côté de la chance que tu as eu de tomber sur cette connaissance 🙂

    • Au moins je me serais occupé :p
      Je pense que comme les échecs, il n’y a que des leçons à tirer de la malchance. Ca a été mon cas, et dès que j’ai tourné mes pensées différemment, ça m’a été bénéfique…
      Oui je l’avais pas vu depuis longtemps en plus ! 🙂

  • Rima

    Bonjour Jordane,
    pour moi c’est parfois une chance inouïe, et d’autres une poisse toute aussi « inouïe » (plus souvent malheureusement pour cette dernière)! peut être que je ne sais pas lire le ciel selon le dalai-lama. je ne sais pas lire entre les lignes, les sous entendus, le langage du corps, tout ce qui est sous entendu je ne sais pas lire, alors de là lire le ciel?, c’est une langue trop compliquée pour moi. ce qui explique peut être cette poisse qui me « colle ».

    alors la première des choses que je dois faire c’est me mettre à apprendre à lire(et à parler?) la « langue du ciel ».

    • Salut Rima,

      Je t’arrête tout de suite, compliqué parce qu’au fond de toi, une part de toi, doit craindre de lire le ciel. C’est pas plus difficile de s’en remettre à sa malchance et penser que la poisse nous colle. Tout est une question d’intuition !

      Est-ce que tu suis ton intuition ? Ecoutes-tu cette petite voix de temps en temps au fond de toi ?

      • Rima

        Salut Jordane,

        je ne sais pas ce que c’est l’intuition, des fois c’est des peurs(on ne peut pas appeler ça intuition), mais je n’y prête pas attention. j’essaie d’évaluer logiquement les choses, si c’est logiquement irréalisable (une opportunité qui se présente, un projet,…), ou bien ça comporte trop de risque( comme aller droit dans le mur) je préfère ne pas prendre de risque. je n’ai jamais développé ce côté intuition (feminine ? je ne suis pas née avec (même si je suis une femme). je n’ai jamais appris à la reconnaitre.

        Quand tu parles de petite voix, il y ‘en a beaucoup, laquelle écouter? je choisis de n’en écouter aucune, je préfère raisonner logiquement pour trancher, et prendre la pleine responsabilité de ma décision (de mes actions). ceci dit, il m’arrive de prendre des décisions au pif (rares, et quand je n’ai pas de données sur lesquelles fonder un raisonnement logique, dans des domaines ou la « logique » ne fonctionne pas , c’est là qu’il faut faire confiance à son intuition, que je n’ai pas , je ne l’ai pas développée) alors à ces moment je choisis au hasard. pour moi, c’est vraiment une question de chance. se basant sur les statistiques, quand j’agit en me référant au hasard, c’est souvent mal barré (selon les statistiques passées).

        • Tout le monde est né avec une petite voix. Place toi dans un endroit silencieux, sans musique, sans tv, sans personne, et écoute ce que ton inconscient de dira.

          Les pensées que tu auras sont des petites voix…
          Suivre son intuition cela s’apprend, faut parfois laisser sa logique de côté, car plus on réfléchit moins on agit !

          Tu te focalises beaucoup trop sur les choses qui ne vont pas, et tu auto-alimentes tes pensées négatives. Si tu essayais de croire au moins juste une fois le contraire de ce que tu penses ? Et voit ce qu’il se passe au bout de deux trois fois…

          Check sur youtube il y a de nombreuses vidéos sur l’intuition, à toi de voir celle qui te parle le plus !

  • JulienLeaderBlogueur

    Y’a plein de trucs bizarres avec la chance.
    Genre quand je donne beaucoup, évidemment, pour me faire plaisir à moi avant tout (le fait de donner, sans compter recevoir le change), étrangement, je reçois de bonnes nouvelles. C’est pas le jackpot Euromillion et autre (j’y joue pas de toute manière) mais des réponses positives, des signes de la vie.

    Donc la chance pour moi c’est: De l’observation. Du culot. De la pensée positive.

    Après, y’a ceux qui naissent dans un contexte différent, etc.

    Merci pour cette histoire qui m’a fait marrer. L’histoire du crique.. tu sais^^

    • Salut Julien,

      Tu sais ce qu’on dit ?! « La chance c’est quand la préparation s’additionne à l’opportunité »

      Je partage la même vision de la chose, tout est une question d’observation et d’attention.

      Pour moi ça a débuté à partir du moment où j’ai pris conscience de moi-même, je suppose que toi aussi ? Au fait, superstitieux ? moi non !

      • JulienLeaderBlogueur

        C’est difficile de dire exactement quand cela a débuté. Je pense qu’il y a évidemment la connaissance de soi, mais également l’apprentissage du bonheur, du moment présent, etc. Je vois dans la chance, ce côté « chanceux d’avoir ce que j’ai »

        Et pour te répondre, non je ne suis pas superstitieux!

        • Je voulais m’en assurer !
          La gratitude doit surement alimenter la chose, sans rentrer dans l’excès je m’estime aussi chanceux d’avoir, d’être et de faire ce que je fais 🙂

  • Claire G.

    Je suis super contente de découvrir ton blog! Je suis d’abord tombée sur ton article: « ne me dites plus jamais bon courage » et j’ai trouvé tes deux publications bien intéressantes. Elles donnent le sourire. Oui j’ai eu cette sensation de chance aussi lors de pépins de voiture car très souvent quand je tombe en panne, c’est à côté d’un lieu bien pratique. Une fois j’ai crevé 20 mètres devant un garagiste, une autre fois juste avant d’entrer sur un campus étudiant et une bonne âme a changé ma roue. Une autre fois ma courroie de distribution a claqué juste avant que je m’engage sur une rocade, heureusement que ce n’était pas 50 m plus loin en plein virage…. j’étais dans une rue tranquille avec peu de circulation à 22h, il faisait encore clair et 30 min plus tard un dépanneur est arrivé. J’étais bien contente de ne pas être bloquée en plein sur la rocade. Bon j’ai quand même râlé car j’avais dépensé 400€ 15 jours plus tôt pour la voiture et finalement elle m’a claqué entre les doigts. Mais elle m’avait servi pendant 4 ans et ne m’avait coûté que 1500€ alors ce n’était pas trop grave.

    • Claire G.

      Et dans un autre registre, j’ai des intuitions qui me servent: à une époque j’allais voir ma grand-mère à vélo et un jour j’ai regardé un petit chemin decvant lequel je passais à chaque fois et j’ai senti que cette fois « il m’appelait ». Ca me faisait faire un petit détour. Bien m’en a pris! Je suis tombée sur un petit bois avec une énorme marre sur laquelle flottait une merveilleuse création, un ravissement pour les yeux…c’était une maquette de bateau long de 3 mètres peut-être sur 1 m de haut et il était tout rose et sophistiqué, je n’en revenais pas, je me sentais bénie d’assister à un tel spectacle! Mon seul regret était de ne rien avoir sur moi pour le prendre en photo. 🙂

    • Merci de ton message Claire, ça me fait sincèrement plaisir.
      Si tu aimes bien le livre « Ne me dites plus jamais bon courage » tu vas apprécié ma chaîne youtube car j’ai interviewé Philippe Bloch pour mon nouveau site : https://www.youtube.com/channel/UCLUzdwXNDFL6eaT9oxpn3VA
      ENjoy ! 🙂

      • Claire G.

        Et voilà, je me suis abonnée. 🙂