Accueil / Best of / Changer de vie : la vie qu’on aurait dû avoir
Changer de vie : la vie qu’on aurait dû avoir

Changer de vie : la vie qu’on aurait dû avoir

changer de vie, monbonpote, blog bonne humeur, chat marrant, chat qui nage, lol cat, changement de vie, développement personnel, réaliser ses rêves, aller mieux

Changer de vie : la vie qu’on aurait dû avoir

Invité récemment à un dîner professionnel, je m’imaginais passer une soirée de l’ambassadeur Ferrero Rocher™, ou faire tourner les serviettes. Au lieu de ça, c’était soirée Leader Price™ dans un resto chinois cheap (double pléonasme non ?) et nous sommes vers la fin rentrés  dans un vortex inter-dimensionnel à cause d’une simple question.

Tout avait pourtant bien commencé. A table, j’étais bien placé, (c’est à dire loin du lèche c..), et j’avais mon jus de litchi (oui il m’en faut peu pour être heureux). Quand soudain, le légume qui me sert de manager posa une question à l’ensemble de la tablée.

Changer de vie : la vie qu’on aurait dû avoir

C’est venu, comme ça sans crier, gare. Le genre de question  qui crée de longs silences insupportables et qui est déconseillée de poser à des jeunes de la génération Y comme nous. Non pas une question, du style: « Est-ce que l’un de vous aime les gros sucres d’orges ? » Pire ! Une question  philosophique et profonde, à la réponse sans fond: « Quelle aurait été votre vie si vous aviez écouté vos envies ?« .

Gros silence. Puis réflexion neuronale intensive. Il y avait dans l’air comme une agréable atmosphère cafardeuse chargée en regrets. Tous prenaient un air désolé comme un cocker renversant son bol de croquettes. D’ailleurs, si j’étais clairvoyant, j’aurais juré qu’ils prenaient tous conscience que leur vie actuelle n’est pas ce qu’ils imaginaient étant mômes. (Oui au moins on a un taf et y a pire que nous, je sais !)

Puis le bougre récidiva : « Que feriez vous si vous n’étiez pas consultants, si vous n’étiez pas dans la boîte, quel aurait été votre vie? Quel chemin auriez vous pris ?« 

Et les réponses ont été intéressantes et surprenantes de par le contraste professionnel.

Une collègue se lança: « enseignante doctorante en économie », répondit-elle

La seconde : « pianiste »

Le lèche c..: « inspecteur de police » Pourquoi ne suis-je pas étonné ? Il remplit déjà à merveille sa fonction de fouine assoiffée de ragot et d’animateur de Radio Moquette.

Un autre: « herpétologue », ça n’est pas l’étude de l’herpès mais des reptiles. Vu le personnage, il a en effet bien raté sa vocation.

Puis j’eu la bonne idée de retourner la question à mon manager. Oui, même les meilleurs font des erreurs. Qu’avais-je fait ? Il nous a chanté une berceuse de 30 minutes.

Il prévoit de réaliser un safari et nous a fait l’inventaire de sa préparation: la marque de son 4×4, la taille de son moteur, sa consommation… ZZzzzzZZZzzzz… Bref, ce qu’il fallait surtout retenir de ce speech de Dominique Chapatte de Turbo, c’est qu’il a tout de même attendu la fin de sa carrière pour réaliser un rêve qu’il a depuis tout petit.

Quant à moi « j’aurais voulu être un artiiiiste ! » Sa question aussi indiscrète qu’elle soit, me laissa songeur et donna naissance à d’autres bébés questions :

Confucius, changer de vie, blog bonne humeur, comment être de bonne humeur, développement personnel, les questions, bébé marrant qui se pose une question, bébé mignon,

Changer de vie : la vie qu’on aurait dû avoir

Les bonnes questions pour changer de vie

Est-ce cela la vraie vie ? Faire carrière en entreprise, ou vivre ses rêves ? –  « La carrière est une invention de l’homme du 20 eme siècle » (« Into the wild »)

Pourquoi est-ce si effrayant de réaliser ce que l’on rêve de faire ?

Au nom de quoi, nous nous infligeons des hypothèses de punition qui nous immobilisent, mettant nos rêves de côté ?

Est-ce par peur ou par flemme qu’on préfère ne rien faire ?

Ou préfère-t-on penser que tout peut nous arriver ?

La peur de changer de vie

Nos réponses ont prouvé qu’on refuse d’agir alors qu’on pourrait faire évoluer notre situation du neutre/négative au positif, sous prétexte que nous sommes paralysés par la peur de l’échec ou que c’est pas le bon moment.

Les choix de notre vie sont tous déterminants, mais rien ne nous condamne a être l’otage du destin et à ne pas reprendre nos rêves. Rien n’est figé.

Confucius, changer de vie, blog bonne humeur, comment être de bonne humeur, développement personnel, les questions, bébé marrant qui se pose une question, bébé mignon,

Changer de vie : la vie qu’on aurait dû avoir

Ne vous est-il jamais arrivé de vous demander qu’elle aurait été votre vie si vous n’aviez pas rencontré telle personne, fait tel choix, pris telle décision, (coups du sort à prendre en compte ou pas) ?

La réponse est bien sûr incertaine et imprécise, alors préférez plutôt les questions suivantes :

En quoi être réaliste ou responsable vous a t’il empêché de vivre la vie que vous vouliez ?

Qu’avez-vous sacrifié pendant ces années d’inaction ?

En général ce que nous avons le plus peur de faire est ce que nous avons le plus besoin de faire.

Paula a un jour dit :

« J’ai des métiers passion en tête moins ambitieux et qui demanderaient de sacrés sacrifices mais je n’ose pas me lancer. Je ne sais pas comment faire à vrai dire pour tout plaquer pour changer de vie et lancer un truc »

Certes, quitter son job et vivre de sa passion en France est très difficile. Mais il y a forcément des gens moins intelligents que vous qui l’ont déjà fait. Même si nous vivons dans un pays qui n’aime pas vraiment les entrepreneurs, ou que l’on réalise nos rêves sous peine de se faire décourager par les charges. Rien ne nous empêche de commencer petit. Et de faire comme les américains qui ont un boulot principal qui paye les factures, et un autre qui paye leurs loisirs. Commencer petit à petit un business en parallèle de notre travail (Sans rentrer dans l’illégalité bien sûr !), juste quelques minutes par jour au lieu de rêver la vie des autres devant la TV.

A vous de peser sur la balance le coût de l’inaction, et de réaliser que l’improbabilité et l’irréversibilité de l’échec ne sont que subjectifs, et le fruit de notre peur.

Changer de vie : la vie qu'on aurait du avoir, Ne renoncez pas à faire ce que vous voulez vraiment. Là où il y a de l'amour et de l'inspiration, je ne pense pas que l'on puisse se tromper" Ella Fitzgerald, changer de vie, blog bonne humeur, comment être de bonne humeur, développement personnel, les questions, bébé marrant qui se pose une question, bébé mignon,

Changer de vie : la vie qu’on aurait dû avoir

Mieux vaut avoir des regrets ou des remords ? Qu’en sera-t-il quand vous aurez 70 ans à regarder les 100 ans de Vivement Dimanche à la télé? Direz-vous : « j’ai été bien con(ne) de ne pas avoir au moins essayé de changer de vie ! »

Paraît-il qu’on a la vie qu’on veut. Bien sûr on ne peut pas tout avoir dans la vie, mais si vous ne demandez rien, vous n’aurez rien non plus. Et puis il n’y a que ceux qui dorment et qui ne font rien que ne se trompent jamais.

Je souhaite faire de ma vie un roman et j’en suis au premier chapitre… D’ici là, retrouvez votre enthousiasme émerveillé d’enfant, ça n’est pas impossible, c’est même indispensable alors prenez des risquescessez d’être le spectateur de votre vie, et soyez en l’acteur principal.

Cordialement !

REJOINS LA COMMUNAUTÉ ET REÇOIS TON CADEAU DE BIENVENUE

  • En mode gonzesse

    Purée, tu vas les chercher loin tes citations ! Le comm qu’a laissé Paula à mon article ! Sinon of course je suis d’accord, on en a déjà parlé, c’est le mal de notre génération !

    • monbonpote

      Si peu, à 2clicks et demi de chez moi, c’est pas si loin !
      C’est ça : « le mal de notre génération » qu’en sera-t’il de la génération qui arrive !

  • Paula

    J’ai dit ça, moi ? Bon bah Jordane, aligne les droits d’auteur !

    Non sérieusement, je ne me comprends même pas parce que ma devise de vie c’est « mieux vaut essayer de regretter ». Le problème c’est que je n’ai pas de projet précis en tête; je n’arrive pas encore à le finaliser. Voilà pourquoi je m’empâte encore dans une vie de petite salariée… 🙂

    • monbonpote

      Oui tu as dit ça chère amie, toi penser moi fou ? J’ai un ami qui travaille comme comptable depuis ses 18 ans (il a 33 ans) et qui dit à chaque fois qu’il voit un mec profiter de la vie : « Le jour où ça va lui tomber sur le coin de la gueule ca va lui faire tout drôle »

      En gros pour lui le seul chemin de vie qui existe est celui du salariat, parce que c’est sûr… c’était sûr dans l’ancien temps, aujourd’hui vive la crise, et les plans de licenciement !

      Ps: Pour ce qui est des droits d’auteurs, je t’envoie un chèque par la poste de 2000 bises

  • Marie May

    Oui!!!!
    J’ai fait ce choix il y a quelques temps (un an en fait!) et c’est vrai qu’au début, ce n’est pas facile, d’abord parce que tout le monde nous prend pour une folle, ensuite, parce qu »ce n’est pas sérieux »… Et aujourd’hui, je signe mon troisième bouquin! Alors, je ne sais pas si ce n’est pas sérieux, mais ce que je sais, c’est que c’est merveilleux!

    • monbonpote

      Et l’essentiel c’est que tu sois heureuse ainsi, je connais quelqu’un qui s’est mis dans un domaine pour travailler tranquillement sans avoir à rendre de compte à un employeur, ça n’a pas été facile mais aujourd’hui il est à la retraite et heureux d’avoir échappé à la vie de travail de certains. Perso je ne vis pas pour ma retraite, c’est maintenant que je suis à fond de mes capacités intellectuelles et physiques !

  • lheureuseimparfaite

    🙂 oh ! ben j’aime bien ma vie comme elle est en fait !
    (mais inspecteur de police dans la scientifique ou la criminelle je trouve ça quand même assez cool, pour le côté « creusage de méninges » et résolutions de mystères )

    • monbonpote

      Résolutions de mystères à la « Cold case » et les « experts » qui résolvent les enquêtes en deux jours ou plutôt à la Française où la réalité prend plusieurs semaines ? 🙂

      • lheureuseimparfaite

        qui prend du temps à la kay scarpetta , à la adamsberg ou wallander 😉

  • Miss blemish

    Je pense que souvent on fait des choix raisonnables par peur des jours difficiles. Mais je ne crois pas que les choix de raison nous empechent de vivre nos reves. Je voie la vie comme un kaleidoscope. La societe a tendance a nous mettre une etiquette, nous enfermer dans un statut, une profession alors que l´on peut etre tellement de choses en meme temps. Qu´est-ce qui m´empêche de prendre des cours du soir pour m´adonner a ma passion apres mon travail ou pendant mes vacances ou mon temps libre ?
    Ton article fait enormement sens. Je pense que l´on peut mener et assumer beaucoup plus de choses que ce que l´on croit et qu´il faut juste se lancer et s´en donner la peine. Tenter pour ne pas avoir de regrets sans se mettre dans une situation de precarite.
    J’ai beaucoup aime ton article, il me rappelle a l’ordre d’une certaine facon, un petit « he ho Celie, la route c’est par ici » : merci !
    Bises
    P.S : Je suis actuellement a Montreal (pas daccents clavier anglais), et cest un vrai bonheur…

    • monbonpote

      Ca fait depuis 2008 que c’est difficile, ça licencie à tour de bras de partout, quand on est dans les jours difficiles, on ne peut qu’aller de l’avant, et se tirer vers le haut. Je pense qu’aujourd’hui ce sont ceux qui quitte la barque en naufrage qui ont raison ! Tu as raison, le temps on le trouve toujours, un ami m’écouterait il me dirait, « oui mais quand tu dois t’occuper des enfants après le boulot, faire à manger et blablabla » ce ne sont que des excuses pour moi… car j’ai d’autres exemples de personnes dans le même cas que lui qui réussissent. Alors pourquoi l’un arrive à trouver le temps et pas l’autre, c’est une question d’organisation.
      En tout cas merci de ton commentaire, et félicitations pour ton trip, tu dois kiffer ! Je pense que je vais cracker et que je vais partir y retourner !

  • Pingback: Prendre des risques ou rester devant la TV ?()

  • Pingback: On veut tous changer de vie !()

  • Pingback: Les voyages forment la jeunesse. Bâtissons notre jeunesse !()