Accueil / Voyage / Ces français expatriés heureux d’avoir quitté la France et qui ne veulent plus y retourner !
Ces français expatriés heureux d’avoir quitté la France et qui ne veulent plus y retourner !
Ces français expatriés heureux d'avoir quitté la france

Ces français expatriés heureux d’avoir quitté la France et qui ne veulent plus y retourner !

« Sarko a dit : « la France, tu l’aimes ou tu la quittes », bien moi j’ai fait CIAO les gars ! J’ai pas hésité, je l’ai quitté direct ! »

C’est ce que m’a avoué ce chef de restaurant avec qui je discutais tandis que je faisais bonne figure, car la sauce spicy ultra piquante de sa cuisine m’arrachait le nez et la gorge !

« Je ne retournerais pas dans ce pays de sauvage ! Ici je suis bien, ça fait 6 ans que je suis là ! J’ai ma petite vie de famille, mon restaurant… En France, je n’aurais peut-être jamais eu tout ça, et si c’était le cas, à quel prix ? Ici, il y a la mentalité américaine, tu as un projet ? On t’aide, on y croit avec toi… En France, on te regarde de haut, ça aurait été la misère avec les papiers et les charges! » (Mais non, moi j’ai juste mis 3 mois à galérer niveau administratif pour avoir les bonnes infos lors de ma création d’entreprise. VIVA LOS FONCTIONNARIOS !)

Nombreux sont les Français expatriés (exilés ?) que j’ai rencontré au Québec qui se sont bien adaptés et qui m’ont avoué ne plus vouloir retourner en France, ni maintenant, ni plus tard. Un peu normal, selon moi. Le « québechis » c’est comme une version améliorée de la France (pour ne pas dire évoluée), sans le « j’m’en-bats-les-couillisme » générale.

J’imagine déjà ceux qui se disent détenir la vérité et être réalistes dire :

« On parle toujours de ceux qui réussissent et jamais des autres… »,

ou

« C’est comme ça qu’ils remercient la France ? Ils vont vivre ailleurs, après tout ce que la France a fait pour eux, et blablabla… », etc.

Ces français expatriés heureux d'avoir quitté la France et qui ne veulent plus y retourner ! Interview expatriés, interview voyageur, voyager seul, voyager en solo, partir à l'étranger, vivre ailleurs

Ces français expatriés heureux d’avoir quitté la France et qui ne veulent plus y retourner !

Hmmm j’hésite entre la jalousie/l’envie ou appeler un ami Jean-Pierre.

Tout le monde ne recherche pas la même chose dans la vie, et cela, peu importe le pays où vous vous trouvez.

Que cela soit au Canada, aux États-Unis, au Japon, au Vietnam, au Brésil, en Allemagne, et même en Ukraine, j’ai en voyageant seul rencontré des Français expatriés heureux de s’y trouver. Tous m’ont affirmé qu’ils ne reviendront pour rien au monde en France (bon, excepté l’Ukraine ! Et encore, ça le saoule !)

Oui, il y a bien sûr des Français qui reviennent en France… Seulement, pour combien de temps ? Et est-ce que ceux qui reviennent sont contents d’y retourner… et si oui… jusqu’à quand ? Jusqu’à ce qu’ils décident de repartir ?

  • Sont-ils revenus par dépit ou par envie ?
  • Ont-ils eu la volonté de s’adapter ou ont-ils eu le mal du pays durant toute leur expérience ?
  • Avaient-ils des objectifs bien précis ou étaient-ils flous sur leurs intentions et leurs projets ?
  • Combien d’entre eux ont planifié correctement leur expatriation et se sont montrés flexibles dans les moments difficiles ?

Le mythe du « FUCKING FRENCH » à l’étranger

Ces français expatriés heureux d'avoir quitté la France et qui ne veulent plus y retourner ! Interview expatriés, interview voyageur, voyager seul, voyager en solo, partir à l'étranger, vivre ailleurs

Ces français expatriés heureux d’avoir quitté la France et qui ne veulent plus y retourner !

J’ai, un jour, rencontré une Française expatriée qui était heureuse de rentrer. Elle m’a inspiré l’article du « mythe du Français à l’étranger« . Elle m’a avoué qu’elle considérait les Québécois comme une sous-race. (Fucking French style dans toute sa splendeur !) La raison est : qu’elle les trouvait incultes.

Effectivement, comment se fait-il qu’un peuple qui parle la même langue que nous, n’ait pas connu les mêmes films, livres, musiques ou le club Dorothée ?

« Nan, mais allô quoi, tu connais pas les chtis à L.A., le verlan et Maître gims ? Tu sers à rien, Bolosse ! » (Au passage, si un autre pays veut de Nabila, ça serait sympa pour nous !)

Franchement les Québécois, vous ne faites aucun effort !

Trêve d’ironie. On peut mieux comprendre dans ce cas pourquoi ces Français expatriés reviennent chez eux. Tout dépend ce qu’on recherche en quittant la France, et si l’on est sûr de le trouver. L’herbe est-elle plus verte ailleurs ?

Fuir ou aller vers ?

Il est compréhensif et justifié qu’il y ait de plus en plus de Français expatriés. C’est ce qu’explique d’ailleurs Philippe Bloch dans son livre : « Ne me dites plus jamais bon courage« 

– Ras le-bonbon de la mentalité française

Comment se fait-il que l’on continue à entretenir ce côté dégueulasse de défaitiste râleur à tendance pessimiste, ou cette culture qui est de toujours tout intellectualiser, toujours être dans la contestation pour ne pas dire la chia… cérébrale, toujours dans la joute verbale et le « oui, mais », la critique facile et la moquerie continue digne de la cour du roi…

Cela dit de plus en plus de personnes préparent la révolution du mieux-être ! Y en a marre de la dépression collective sponsorisée par Benjamin Biolay.

– « Dis-nous d’où tu viens, on te dira si on te recrute »

Pas de piston, pas de boulot. 41% des Français associent le mot « piston » à la France contre seulement 13% aux États-Unis ou 8% à l’Italie. Aux yeux de 88% des Français, avoir des relations haut placées primerait même sur le talent pour trouver un emploi. #Tristessssse ! (L’express) C’est peut-être aussi pour ça que tant de gens (blogueurs) se rapprochent de ceux qui ont réussi… Je dis ça… Je le dis !

Et que dire de la fois où j’ai changé mon adresse sur le CV en mettant 78000 Versailles. Je suis passé d’une réponse positive sur dix à une sur trois. T’habites Versailles, tu deviens compétent ! Logicus dominicus ma gueule ! Avoir un boulot de qualité, c’est aussi difficile de trouver une nana intéressante sur adopte un mec. Adopte un chômeur est devenu une réalité.

– La morosité économique, sociale, politique, etc.

Je me demande parfois si ça n’arrange pas nos politiques d’entretenir cette morosité ambiante. C’est vrai après tout, ça pourrait très bien les arranger, eux qui font des lois pour laisser des traces de leur passage plutôt que de faire des lois pour faciliter la vie du peuple.

Les mentalités doivent changer ? C’est ça ? Et bien commencez par vous les nantis, et à vous taxez vous-même pour commencer, ensuite on prendra exemple. Vous imaginez si la transparence des notes de frais serait votée ? Ce serait là débandade !

Quand je repense à la députée Mona Sahlin qui avait dû démissionner pour quelques barres chocolatées réglées avec sa carte de crédit de fonction. En France, ils continuent d’exercer même quand ils sont repris de justice. Paye ta république bananière !

– Grève à répétition de la SNCF et temps de transport dégueulasses dans certaines régions.

Rien à dire, excepté que la SCNF nous souhaite toujours une bonne année 2002 et s’excuse du retard.

– Laisser aller générale et individualisme.

Je me souviens de l’époque où le proverbe africain « il faut tout un village pour éduquer un enfant » était encore valide.

Je me faisais engueuler par les passants, parce que j’appelais mes potes « ma couille ».

Maintenant les vieux se prennent des claques dans la tronche quand ils l’ouvrent.

– Racisme et racailles qui alimentent les voix du FN.

Je n’ai vu, aucune nana se faire traiter de « salope » au Québec ! En réalité ce sont les mecs les « salopes » !

Et ce ne sont pas que les types ghetto qu’il faut blâmer en France, mais aussi la France des années 50/60/70/80 qui n’a pas réfléchi aux conséquences que ça allait engendrer de parquer les gens dans des cités et d’être laxiste. Un peu à la même manière que le gouvernement américain à l’époque des essais nucléaires dans les années 50 et qui affirmait que ça n’était pas dangereux, sans se soucier des répercutions. On a laissé faire ça !

– Efficacité (ironie) de l’administration française connue même outre-Atlantique.

Monter une entreprise au Québec c’est simple et rapide. Voilà ! Ici tombé sur un fonctionnaire efficace, c’est aussi rare que de trouver un neurone dans le cerveau de JUL. A moins que l’administration française aimerait faire de la rétention d’informations une future discipline olympique.

Ces français expatriés heureux d'avoir quitté la France et qui ne veulent plus y retourner ! Interview expatriés, interview voyageur, voyager seul, voyager en solo, partir à l'étranger, vivre ailleurs

Ces français expatriés heureux d’avoir quitté la France et qui ne veulent plus y retourner !

– Je t’offre un pot ? Eh oui impôts

Impôts fiscaux
Impôts locaux
Impôts directs et
Impôts indirects
Impôts sur les grandes fortunes
Impôts même si t’as pas de tunes
Impôt sécheresse
Impôt richesse
Impôt nouveau
Impôt repos
Impôt recto
Impôt verso
Impôt sur le revenu
Impôt sur les revenants

Tout cet argent qu’ils sucent… La chanson des inconnus reste et restera toujours d’actualités !

Il est comme interdit de faire de l’argent en France ! Et ceux qui réussissent sont jalousés quand ils ne sont pas considérés comme des magouilleurs. J’exagère… ou pas ?!

  • Faut-il pour autant aller tenter sa chance ailleurs ?
  • Opter pour des conditions de vie qui nous conviennent ?
  • Vivre avec des personnes qui nous ressemblent ?
  • Chercher les très grands espaces ?
  • Vivre sous un plus beau soleil ?

Ces Français expatriés de plus en plus nombreux

Ces français expatriés heureux d'avoir quitté la France et qui ne veulent plus y retourner ! Interview expatriés, interview voyageur, voyager seul, voyager en solo, partir à l'étranger, vivre ailleurs

Ces français expatriés heureux d’avoir quitté la France et qui ne veulent plus y retourner !

A l’heure où le monde devient un village, de plus en plus de Français s’expatrient.

Selon une étude a prendre avec des pincettes :

« Au 31 décembre 2013, 1,643 million de Français expatriés enregistrés à l’étranger, dont 628 000 au sein de l’Union européenne, contre 1,427 million en 2008, soit une augmentation de 15 % en cinq ans. »

Que ça soit les bons chiffres ou pas des Français expatriés, on a tous dans notre entourage, de plus en plus de personnes qui s’expatrient à l’étranger ou devrais-je dire « qui s’exilent » ?

Un jour (au stage d’été) j’ai lu sur slate un commentaire d’un mec qui me rappela quelques histoires qui se sont passées autour de moi ou que j’ai pu voir dans des reportages.

« – Mon ami chercheur et postdoctorat, fils de diplomate, à Grenoble gagne 950 euros par mois sur 10 mois pour faire de la recherche. Vous croyez qu’il va attendre le décès de son chef de labo?
– Jules 22 ans et juste le bac, une entrée d’université ratée, part a Londres et trouve un emploi dans la semaine comme serveur, maitre d’hôtel dans les 9 mois, on l’envoie suivre des cours de management et il est nommé directeur dans l’année qui suit. Responsable d’un centre de profit.
– Fatia, Française d’origine comorienne, est diplômée de Sciences Po, mais on lui refuse tous les stages ainsi que tous les emplois. Trois ans après elle bosse toujours chez Mac Do à temps partiel et a passé le Bafa pour faire de l’animation de centres de loisirs….
– Ma petite cousine est diplômée en sciences d’une grande université marseillaise, avec sa thèse de doctorat en poche (plus les louanges du jury). Pendant l’année de son doctorat elle est démarchée par une grande université Californienne pour un poste de gestionnaire des post doctorants à Los Angeles. En France, elle est prise en stage d’été à l’hôpital pour faire la vaisselle dans le laboratoire d’analyse de l’hôpital et désinfecter les instruments. Où croyez-vous qu’elle est allée?

Réveillez-vous… »

Même si la France reste notre pays, et que ça reste un beau pays avec de nombreux avantages, on n’y est quand même bien, enfin je parle pour moi, (jusqu’à ce que je sature).

On s’expatrie pour changer de vie, pour vivre autre chose parce qu’on n’y trouve pas forcément son idéal là où l’on est. Peut-être justement qu’on est trop idéaliste, et qu’on attend autre chose du pays dans lequel on se trouve.

Je comprends ces Français expatriés. Et si je reste en France, je serai heureux de faire parti de ceux qui opteront pour une révolution, car faire du neuf avec du vieux avec des réformes n’a jamais fait évoluer un pays.

Une 6e république ce serait bien non ? (Ouais je suis extrême, mais on s’en câlisse !)

En attendant, mieux vaut faire partie des rats qui quittent le navire, ou couler avec ?

Je vous laisse avec cette vidéo. Cordialement !

Si vous voulez d’autres interviews de voyageurs, check this out .

Le blog de Lucie 

REJOINS LA COMMUNAUTÉ ET REÇOIS TON CADEAU DE BIENVENUE

  • Je retrouve une partie de ce que tu dis pour mon plat pays.

    Par contre niveau piston je suis pas trop pour. Pour mon boulot actuel, je pouvais m’en servir d’ un et un bon mais j’ai décidé de faire mes preuves toute seule ^^ J’estime que c’est tellement plus gratifiant quand on se bouge les fesses ^^

    Ici on est encore plus bouffé de taxes. Mais je ne m’expatrierai pas car j’aime mon plat pays ^^

    • Il est vraiment aussi plat que ça ?

      Je sais bien, je suis pareil, mais ça fait parti des impressions telles que la modestie. A quoi bon être modeste et se restreindre quand on peut avoir ou faire mieux. Après tout dépend, si on se retrouve face à sa conscience et à avoir des regrets. Moyen ! Mais si c’est pour soi sa fierté et sa satisfaction, pourquoi pas.
      C’est clair que c’est plus gratifiant mais parfois il convient d’utiliser les outils ou facilité qu’on a à portée de mains.
      Ca me rappelle un exemple : mon ancien groupe de musique refusait toute forme de publicité, (réseau sociaux tremplin musicaux, Internet,…) Bref ils pensaient qu’ils allaient réussir grâce au bouche à oreille, résultat 3 ans après, ils n’ont toujours pas décollés, mais parce que aussi au contraire de toi, c’est qu’ils ne le veulent pas. Et à part Tryo, ils sont rare les groupes qui réussissent au bouche à oreille sans Internet.

      • Pour le groupe je comprend, un peu de pub quand même surtout si ça sort de sentier battu.
        Bé voui qu’il est plat mon pays! Le point culminant c’est le Signal de Botrange dans les Ardennes belges à 694 mètres. C’est pas les Alpes c’est sur!

        • Haaa autant pour moi j’ai cru que c’était une image. Je suis un peu trop québécois, car eux ils disent de quelque chose qui est « plat » quelque chose qui est nul.

  • tu l’as inventée la fucking french? J’en ai jamais rencontré des comme ça, enfin pas à ce point là. Je suis tombée une fois sur un mec qui critiquait Londres à font, ma côté nationaliste britannique est ressortit et je lui ai dit de se casser si c’était si nul que ça ici. En plus c’était un de ces expats qui est arrivé avec le job et l’appart tout prêt (mine de rien ça aide!).

    Perso, je ne me suis pas expatriée parce que « j’en ai marre de la France » mais plus par curiosité de voir comment c’est ailleurs. Mais vu que ça fait plusieurs année, je me rends compte qu’avec le temps j’ai un regard différent sur la France. J’aime y retourner de temps en temps, je suis fière de la culture (enfin certains aspects pas tous) et je défends mon pays d’origine des critiques que je peux entendre mais y revenir, je ne pense pas. La réadaptation serait difficile je pense.

    Les chiffres d’expatriés annoncés, ils se basent sur quoi exactement? Les enregistrés du Consulat ou quelque chose comme ça?

    • Lol ha non non, septembre 2012, j’étais à un anniversaire d’une ancienne collègue de stage qui est Française et qui est restée à Montréal quand moi je suis revenu.
      Y avait cette nana, et un jour j’ai sorti une référence à un film et la nana me dit, « ha enfin quelqu’un qui a de la culture » et j’ai creusé, et elle m’a dit cette horreur. ouf non ?!

      T’as fait le bon choix, car j’ai été plus d’une fois blasé de la France. Surtout pendant la période de chômage. Plus de 6 années d’études pour faire des photocop ! OUAIIIIS !!! Et c’est pas tout de suite que j’ai trouvé mon taf de consultant. Donc je pense que t’as bien fait d’être parti en suivant ton instinct. J’aurais du le faire aussi au moment où j’avais l’occaz.

      Je sais pas, c’est pour cette raison que je dis à prendre avec des pincettes. Car comme toutes les études, les résultats sont jamais précis au centième prêt.
      Et niveau Français en Angleterre t’en vois de plus en plus ? Ou c’est juste un chiffre tronqué ?

      • le seul évènement francophone où je vais, c’est l’apéro blog et je n’y vais même pas à chaque fois. J’ai pas l’impression qu’on est plus mais je n’ai pas accès aux statistiques non plus.

        Il y en a qui restent quelques mois et repartent quand ils réalisent que la vie sur place peut être difficile, c’est sûrement assez constant le nombre de français à Londres au final.

  • Laetitia-FrenchFries&ApplePie

    J’aime toujours tes articles. Sérieux, mais drôle et frais à la fois. Le genre qui t’interpelle et rend impossible pour moi de ne pas laisser un petit commentaire pour donner mon ressenti. Je suis française expatriée et non exilée vivant aux USA depuis 15mois. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve, si je rentrerais ou pas en France, et si oui quand. J’insiste sur le « non-exilée » qui a une connotation, selon moi, de fuite. Je n’ai pas fuis la France. Il y a des choses que j’appréciais, d’autre un peu moins… tout comme dans ce nouveau pays où j’ai posé mes valises. Mon mari a eu une opportunité professionnelle et nous l’avons saisi parce que nous sommes aventuriers, qu’on aime découvrir d’autres choses, s’exposer à de nouvelles cultures et rencontrer des gens d’autres horizons! L’aventure ne fait que commencer mais la vie m’a appris à ne jamais dire « Fontaine, je ne boirai pas de ton eau »… Alors on verra bien où les vents nous mène 🙂

    • Merci très chère ! Bizarre ton com était passé en indésirable… T’as changé d’email ?
      Je comprends, au final il faut avoir voyager et avoir vécu pour le comprendre. Je suppose qu’avec ce que tu as du voir à la TV ou sur les Réseaux sociaux ça doit moins te donner envie de revenir ?

      • Laetitia-FrenchFries&ApplePie

        La « vibe » que je ressens à travers les médias de toutes sortes me donnent effectivement guère envie de rentrer pour l’instant. Ici, aux USA, je trouve des boulots, dans ma branche, avec un meilleur salaire qu’en France (bémol: pas de cotisation chomage, sécu, ni retraite). Neanmoins notre niveau de vie reste plus confortable en France (non pas qu’on y vivait dans la misère non plus). Pour le reste je ne l’explique pas vraiment, c’est plus un « gut-feeling »… 🙂

        • Oui on a beau dire on est tout de même bien loti en France au niveau confort, mais justement à côté de ça, ça pousse à l’immobilisme en confortant les gens à rester justement dans leur zone de confort jusqu’à attendre la retraite, au moins les ricains, qu’on les aime ou pas, ils sont dans l’action, et ils ont pas le choix !
          Marche ou crève !
          Alors que nous on a le temps de réfléchir, faire des réunions, demander des permissions, faire des démarches, rentrer dans des procédures qui en entraînent d’autres etc…
          Je comprends que t’ais pas envie de rentrer, normal quand on vit leur dynamique !
          Ca se passe toujours bien ?

  • cecitoine

    Bonjour ! Merci pour cet article très sympa…mais il existe faudrait également écrire un article sur le cas contraire : pourquoi fuire son pays d’expatriation. Perso, j’ai vécu dans un pays d’Amérique Latine pendant des années et je suis bien contente d’être de retour en France. Parce que l’éducation payante, la santé hors de prix (on se plaint de la sécu en France mais allez-voir ailleurs c’est pas brillant non plus), l’absence d’infrastructures (à la limite du danger quotidien : du style passerelle qui tiennent avec un fil de fer…), aucune politique de mise en valeur de la ville ou encore de politique culturelle (donc en gros à part aller au supermarché le dimanche ya pas grand chose à faire)…ben je préfère supporter les gros raleurs individualistes français !

    • Hello,
      Merci à toi de ton commentaire.
      Je te l’accorde, c’est tout à fait juste ce que tu dis, tu sais il y a ce tabou du voyageur comme quoi critiquer le pays dans lequel on se trouve ou ne pas aimer s’y trouver est mal vu par certains qui te répondront un truc du genre, « t’as la chance de voir du pays et toi tu te plains ! »
      Mais je te rejoins tout à fait !
      Après comme je le dis, on est tout de même bien loti en France et ça je le reconnais, seulement on pourrait être tellement mieux dans ce pays ! Et ça permettrait d’augmenter la qualité.
      De plus en plus de personnes pensent que ça arrange les politiques d’être assistés ou d’avoir le moral plombé, ça permet de faire dormir notre peuple qui a toujours su faire évoluer ce pays à coup de révolution.
      T’imagines si une autre révolution avait lieu ? Tous ceux qui ont créé leur condition et qui ferment les portes derrière eux seraient à la même enseigne que tout le monde.
      Le maintien du statuquo y a que ça de vrai 😉
      Merci de ton com, reviens quand tu veux.
      A+
      Jordane