Accueil / Changer de vie / Humeur / Emotions / Défi #2 : apprendre l’Anglais et le parler ce n’est pas se la péter !
Défi #2 : apprendre l’Anglais et le parler ce n’est pas se la péter !
Apprendre l'anglais et le parler sans se la péter

Défi #2 : apprendre l’Anglais et le parler ce n’est pas se la péter !

Ouaiiiiis on a reculé dans le classement des pays dans leur niveau d’anglais.

On était 29e, maintenant on est passé au niveau 37 sur 70 des pays classés selon leur niveau d’anglais.

Je ne sais pas pourquoi en France on est si moisis en anglais, et le pire on entretient le cliché du Français à l’étranger « heu yaisse maille télore ise ritche »

Est-ce qu’on nous freinerait ?

La tv française allergique à l’anglais ?

Déjà, quand on regarde la TV, 98% des programmes sont en Français, à part un reportage d’Arte et les quelques doublages dégueulasses que l’on entend par-dessus les voix originales des reportages bas de gamme de la TNT, il n’y a pas grand-chose à se mettre dans l’oreille.

Et si je devais attendre, comme me l’a dit un pote, que la nouvelle saison de Walking Dead sorte en Français, j’aurais déjà fondu au soleil en me faisant spoiler 20 fois.

Pourtant on s’en balance dans nos conversations du Franglais qui fait saigner des oreilles, je repense au Bernard Henry Levy qui me servait de manager qui balançait à tout bout de champ : « c’est de la bullshiterie ça ! »

Pitié !!! Épargnez moiiiii !

La moquerie de ceux qui ne parlent pas anglais

Lol cat, chat anglais, apprendre l'anglais, parler anglais, voyager pour apprendre l'anglais, voyager seul, voyager pour apprendre

Apprendre l’anglais et le parler sans se la péter

Mais en plus il y a ce truc en France qui fait que quand on parle bien ou mal anglais, on passe pour un cake dans les deux cas.

Est-ce que vous avez déjà remarqué quand quelqu’un parle en anglais devant d’autres Français, il y a toujours un vieux jaloux pour lui balancer, « Oh ! Comment il se la pète lui ! ».

Alors qu’on fait juste (essayer de) parler qu’anglais, il n’y a pas de quoi se la raconter ou se sentir ridicule. Et pourtant, j’ai l’impression qu’il existe un blocage à ce niveau en France.

Je pense que tout le monde peut apprendre, mais beaucoup refusent d’y consacrer le temps et l’effort nécessaire.

Peut-être qu’ils attendent le casque virtuel qui leur permettra de se faire injecter cette langue sans rien glander.

Ou peut-être qu’ils ont peur d’être ridicules devant les autres.

En réalité, apprendre l’anglais c’est la seule compétence dont on se fiche de nous quand on la maîtrise tout autant que quand on ne la maîtrise pas, c’est quand même fort ! Non ?

Apprendre l’anglais ou périr 

Lol cat, chat anglais, apprendre l'anglais, parler anglais, voyager pour apprendre l'anglais, voyager seul, voyager pour apprendre

Apprendre l’anglais et le parler sans se la péter

L’anglais à ce côté pratique qu’on ne peut nier.

Et pas uniquement en voyage !

J’ai une pote qui s’est vu refuser sa candidature, car elle ne parlait pas anglais.

C’est devenu un facteur d’employabilité, de développement et de mobilité.

Beaucoup de salariés sont aujourd’hui freinés dans leur développement, se refusent ou se voient refuser une mobilité à l’internationale en raison de leur anglais défaillant.

Et bien c’est pareil pour les entrepreneurs ! Et comme ça tombe bien ou mal, car je suis entrepreneur et que je ne peux plus bénéficier de formation gratos comme un salarié, je me forme moi-même sur le net.

Internet est un très bon prof d’anglais

Lol cat, chat anglais, apprendre l'anglais, parler anglais, voyager pour apprendre l'anglais, voyager seul, voyager pour apprendre

Apprendre l’anglais et le parler sans se la péter

Je sais qu’aujourd’hui il y de quoi faire. Si vous avez le temps et les moyens, voyager à l’étranger pour apprendre des langues est sans doute le moyen le plus enrichissant !

Je me suis lancé le défi de lire des bouquins en Anglais, car :

  • Les meilleurs bouquins sur la réussite et le développement personnel sont en Anglais, car en France il y en a mais on ne retrouve pas cette patte optimistiquement parlant.
  • C’est s’ouvrir à un savoir illimité et plus vaste qu’en France

Par contre, apprendre l’anglais pour comprendre les paroles d’Adèle, c’est se donner toutes les chances de partir en dépression, déjà que j’ai envie de pleurer quand je l’entends, si en plus je devais comprendre ce qu’elle dit, je serais au fond du trou !

Bref, je fais donc un pari sur l’avenir en améliorant mon anglais pour pouvoir ouvrir mes services à l’étranger.

Si une remise à niveau est toujours possible, souvent sous forme de séjours en immersion intensifs, rien ne remplace un apprentissage constant et flexible.

Sur ce good luck !

Rendez-vous pour le prochain défi !

 

REJOINS LA COMMUNAUTÉ ET REÇOIS TON CADEAU DE BIENVENUE

  • Parfois je me dis qu’on est de sacrés comiques en France en ce qui concerne l’anglais. On veut le parler mais on ne veut pas faire l’effort de l’apprendre, parce qu’il y a une différence entre « baragouiner » l’anglais et le maîtriser au point de comprendre les vannes ou autres subtilités, et ça, ça prend beaucoup de temps et de pratique forcément. Comme tu le dis si bien, apprendre l’anglais c’est aussi accéder à tout un tas de ressources qui ne sont pas dispo en français (et pas que Walking Dead même si je suis tout à fait d’accord avec toi là-dessus).

    Je sais pas si c’est spécifique à la France vu que je ne reçois pas de questions de la part d’autres nationalités, mais j’ai l’impression que beaucoup de gens ne se rendent pas compte qu’il faut se bouger un peu de temps en temps pour obtenir quelque chose. Pour te donner un exemple, j’ai reçu des emails de gens qui pensent venir à Londres sans parler la langue et qui pensent trouver un job dans leur branche bien payé facilement…on a vraiment des efforts à faire! Et puis comment ça se fait qu’on tombe dans ce classement? Depuis le temps qu’on sait que les français sont pas top en anglais, il serait peut-être temps de changer la méthode d’enseignement? (alors par contre, j’ai remarqué que est meilleur à l’écrit que beaucoup d’autres nationalités 😉 )

    • Haaa madame est aussi une Fan de bonnes séries…
      Je suis ravi de constater qu’il existe encore de l’insouciance dans ce monde… Je ne sais pas comment on peut percevoir les choses comme tu l’expliques dans ton deuxième paragraphe.
      C’est un peu le jeu des personnes qui s’installent dans un pays sans penser s’y adapter.
      C’est clair qu’au niveau de l’enseignement de l’Anglais, on devrait vraiment revoir les méthodes pédagogiques.
      Je me souviens d’une question qu’un prof à l’université nous avait posé : « depuis combien de temps apprenez-vous l’anglais »… Ca faisait 12 ans à ce moment là et j’avais un niveau d’un collégien.
      T’imagines toi si cela fait 12 ans qu’on essaye de faire de la guitare et qu’on joue toujours aussi mal ? Et qu’en plus on espère jouer dans U2 avec notre niveau ?
      C’est fort ! 😀